Personnalités › Success Story

Cameroun: Stéphane Tchakam for ever

Le journaliste émérite sera conduit à sa dernière demeure ce samedi à Bayangam, à l’ouest du pays

Amis, frères, confrères, voisins, tous se sont déportés comme un seul homme mercredi soir, à Maképé Bijou, situé dans l’arrondissement de Douala Vème, pour accompagner Stéphane Tchakam, sur la route qui le conduit à sa dernière demeure. La veillée sans corps qui a démarré vers 19h au domicile du défunt pour s’achever vers 2h du matin, a permis de constater combien l’homme était aimé de tous. « Chacun a une petite histoire avec Stéphane». Cette phrase est revenue en boucle, tout au long des différents témoignages aussi bien des confrères que des artistes musiciens voire plasticiens, car « Tchaky » comme on le surnommait, était diplômé de l’école de haute couture de Bellecour de Lyon en France. Diplôme obtenu en 1979, année marquée aussi par la disparition de son père. Les témoignages étaient entrecoupés d’intermèdes musicaux, en occurrence de morceaux choisis de musiques qu’aimaient Stéphane. De Sally Nyolo à Bob Marley en passant par André Marie Talla, les reprises des titres comme « redemption song », « nomtema », etc., ont été exceptionnelles pour rendre hommage à l’être humain exceptionnel qu’il était. Les artistes Eddy Berty, le Lawal Band, et autre directrice de Doual’Art Marilyn Bell en passant par des hommes politiques comme Anicet Ekane du Mouvement Africain pour la nouvelle indépendance et la démocratie Manidem, tous étaient présents.

A jamais et non adieu « massa »
Après Douala, la levée de corps a lieu ce vendredi dès 13h à l’hôpital Général de Yaoundé. La grande veillée avec corps va se dérouler à partir de 20h au domicile familial à Etoudi. Puis vers 3h du matin, le cortège funèbre quittera la capitale pour Bayangam, à l’ouest du Cameroun. samedi, 1er septembre 2012, est prévu dès 10h un culte, suivi immédiatement des témoignages. Et à 12h, « massa », décédé le 13 août 2012 des suites de maladie à Douala, sera inhumé. Le rideau sera alors tiré sur ce dernier acte d’une vie qui aura été extrêmement riche et palpitante. Pour la jeune génération de journalistes culturels en occurrence, Stéphane Tchakam a été un modèle unique, et l’immense vide que laisse sa disparition, s’annonce difficile à combler, comme l’a d’ailleurs affirmé Alix Fetué, présentateur vedette de l’émission culturelle « Afro Beat » sur Radio Nostalgie Cameroun. Émission dans laquelle le journaliste et Directeur de la Rédaction du quotidien Le Jour, animait une chronique hebdomadaire baptisée « Mayibuye africa ». « Comment on va faire maintenant qu’il n’est plus là ? Il faudrait peut-être envisager la rediffusion de ses chroniques chaque samedi, on va y réfléchir mais ce sera difficile de le remplacer.», précise l’animateur.


Journalducameroun.com)/n

Vos paris sportifs can 2019
1xbet
Zapping CAN 2019
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé