› Eco et Business

Cameroun-Tchad: Boko Haram perturbe les échanges commerciaux

Après avoir dans un premier temps procédé à la fermeture des frontières, les deux pays ont décidé de les rouvrir, mais d’accentuer des contrôles dans les postes frontaliers

Les échanges commerciaux et économiques entre le Cameroun et le Tchad connaissent de réelles perturbations depuis quelques jours, suite aux attaques suicides de la secte terroriste nigériane Boko Haram qui a multiplié ses incursions contre le Tchad ces trois dernières semaines.

Après avoir dans un premier temps procédé à la fermeture des frontières, les deux pays ont décidé de les rouvrir, mais d’accentuer des contrôles dans les postes frontaliers.

Cette situation est à l’origine de la congestion observée au niveau du pont Nguéli sur le fleuve Logone qui relie les deux pays.

«Nous éprouvons d’énormes difficultés pour rallier le Tchad car pour des raisons sécuritaires, il arrive que des cargaisons soient totalement déchargées, question de s’assurer que ce sont des produits autorisés qui sont effectivement convoyés», se plaignent des camionneurs.

La conséquence de cette situation est que des camionneurs passent en moyenne trois jours supplémentaires pour passer de l’autre côté de la frontière.

Dépourvu de façade maritime, le Tchad assure l’exportation et l’importation de 80 pour cent de ses marchandises à partir du port de Douala, soit près de 1500 kilomètres de route entre Douala et N’djamena.

Autres mesures de sécurité, la décision d’interdire de circulation les voitures aux vitres fumées, ainsi que la circulation des motos dès la tombée de la nuit.


Droits réservés)/n


L’Info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé