Culture › Arts visuels

Cameroun : Thierry Ntamack transmet le savoir aux plus jeunes

Atelier de formation sur le jeu d'acteur
Séance de formation avec Thierry Ntamack

Le scénariste et réalisateur camerounais anime un atelier centré sur le jeu d’acteur. Une opportunité pour lui de partager sa longue et riche expérience dans le cinéma.

 

Et action ! C’est partie pour la nouvelle vague de formation et de renforcement de capacité en matière de tournage cinématographique. Il s’agit d’un atelier intitulé : Le jeu d’acteur face cinéma. Une initiative organisée par Thierry Ntamack aka Molla de Mboa manga (réalisateur et producteur des films Le blanc d’Eyenga ou encore La patrie d’abord).

Le prétexte derrière la tenue de cet atelier est tout trouvé, «quand on voit nos productions, on constate que nous n’arrivons pas à être compétitifs sur le plan international. Beaucoup reste à faire et la formation est une clé si on veut être compétitif » explique Thierry Ntamack.

Prenant le taureau par les cornes, il outille un bon nombre d’amoureux du cinéma autour des préceptes du jeu d’acteur. Une démarche qui permet entre autre d’évacuer la confusion qui existe autour du sketch, le théâtre et le cinéma.

L’atelier s’articule autour des séances de travail sur des techniques de prestation notamment la voix, l’articulation, la diction, la respiration. Les apprenants sont alors soumis à des exercices de buccaux.

On peut les écouter dire de manière lente et ensuite rapidement des phrases comme : « je veux et j’exige d’esquisses excuses, un chasseur sachant chasser sans son chien est un bon chasseur ou encore Jésus va chez Zachée, chez Zachée loge Jésus ».

Par ailleurs, l’atelier permet également de confronter les stagiaires à la camera. Ceci donne l’opportunité à ces derniers de s’habituer et de s’adapter aux contraintes qui sont liées au jeu d’acteur face à la caméra.

Pour davantage peaufiner les notions, des thématiques comme l’influence du scénario sur le jeu d’acteur sont revisités. C’est l’opportunité d’éclairer les lanternes et de faire comprendre qu’un bon scénario fabrique un bon acteur. Car si le scénario est mauvais, peu importe les moyens mis, le talent des acteurs, le rendu sera loin d’être éclatant.

Pour les organisateurs, un bon acteur doit savoir choisir le bon scénario pour mieux s’exprimer.

 

 


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé