Politique › Institutionnel

Cameroun-Turquie: Une relation récente et pourtant très dense

Abdullah Gül effectuera la première visite d’un président turc au Cameroun, une visite marquée par des perspectives économiques

Renforcer le partenariat
L’arrivée du président turc ce mardi 16 Mars 2010 à Yaoundé sera la deuxième étape d’un voyage africain commencé en RDC et, marquée par le besoin pour la Turquie de renforcer son partenariat avec le continent. La Turquie considère l’Afrique comme un partenaire stratégique, a déclaré dimanche dernier à Istanbul le président Abdullah Gül, avant d’entamer son voyage africain. D’après l’agence de presse turque Anatolie, le président turc a déclaré qu’il rencontrera ses homologues, des hauts officiels et des hommes d’affaires dans les deux pays africains. J’aurai l’occasion de discuter des relations politiques ainsi que des questions régionales et internationales, a-t-il expliqué. Nous discuterons des moyens d’accroître notre coopération, et la Turquie pourra coopérer avec les deux pays sur les secteurs miniers, énergétique, touristique et agricole, a-t-il ajouté. Le chef d’Etat turc arrive accompagné de plusieurs ministres et d’un grand groupe d’hommes d’affaires, selon les média congolais. C’est la toute première visite qu’effectue un Président turc Cameroun. Il s’agit d’une visite d’investigation, d’opportunités d’affaires, a déclaré M. Gül à son arrivée au Congo démocratique, une formule qu’il pourrait bien répéter au Cameroun.

Une ambition préparée
Le volume commercial de la Turquie avec l’Afrique n’était que de 5 milliards de dollars américains en 2003. Il est passé à 15 milliards de dollars en 2009. Des chiffres que les autorités d’Ankara veulent bien augmenter. Notre objectif est de l’élever à 30 milliards de dollars le plus rapidement possible a affirmé le président turc. La première vraie manifestation des ambitions turques en Afrique s’est révélée le 18 août 2008 à Istanbul lors du premier sommet Turquie-Afrique. Cette rencontre avait pour principaux objectifs de forger des liens économiques forts et durables entre les pays africains et la Turquie ainsi que d’explorer différentes opportunités de coopérations. Dans son discours introductif, le président Abdullah Gül, avait déjà estimé que ce sommet de coopération allait pouvoir donner une orientation aux relations bilatérales. Il a également déclaré que son pays aiderait les pays africains dans leurs efforts de développement économique et social, en particulier en coopérant dans des domaines tels que l’agriculture, la santé ou encore l’installation d’infrastructures.

Une percée qui pourrait déranger la France
Les observateurs restent très prudents sur ce partenariat gagnant pour l’Afrique. La France en occurrence sera très attentive à cette percée turque en Afrique. Depuis 2009, le Cameroun est le quatrième pays d’Afrique subsaharienne que visite le président turc. En ce qui concerne le textile par exemple, la Turquie avait noué des contacts avec des partenaires camerounais parce qu’elle visait le marché américain. Dans le cadre de l’AGOA, il est très important d’investir au Cameroun pour un pays comme la Turquie qui veut exporter aux Etats-Unis avait déclaré l’ancien conseiller du ministre turc au Commerce extérieur, Cem Topbas. De la même manière, le gaz Camerounais dont les réserves sont importantes serait aussi convoité. D’un autre côté, la Turquie n’a jamais manqué aucune occasion de rappeler que c’est justement son économie forte qui fait d’elle un partenaire économique de choix ainsi qu’un acteur majeur sur la scène internationale. Les délégations des États africains ont donc rapidement été convaincues par la possibilité de voir la Turquie parler en leur nom au Conseil de sécurité des Nations unies. En effet, le soutien de la candidature turque par les États africains au poste de membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations unies, serait non négligeable. Ce poste vacant est convoité par Ankara qui souhaiterait avoir plus de poids sur la scène internationale, vu ses difficultés à intégrer l’Union européenne.

Cameroun-Turquie en symbiose
Sur le plan diplomatique et politique, Atilay Ersan, le chef de la représentation diplomatique, a été reçu le mardi 23 février 2010 par le premier ministre, Philémon Yang. Il est le premier chef de mission diplomatique turc avec résidence à Yaoundé. Sur le plan économique, le Cameroun exporte principalement vers la Turquie le bois, du pétrole brut, l’aluminium, et importe du ciment, du fer et des métaux, de la levure, des pneus, des équipements de boulangerie et de l’engrais. Sur le plan Culturel, le gouvernement turc a décidé de porter de quatre à six, le nombre de bourses d’enseignement supérieur mises à la disposition du Cameroun au titre de l’année académique 2008-2009. Une offre de quatre bourses pour les études islamiques a également été mise à la disposition du Cameroun, au titre de l’année académique 2008-2009. Juridiquement deux accords unissent Turquie et Cameroun. L’accord de coopération économique, technique et commerciale et l’accord de coopération scientifique et culturelle signés, le 02 mars 2004 à Ankara. Quatre projets d’accords sont en cours de négociation. La visite du président turque coïncidera avec l’ouverture ce mardi 16 mars 2010, d’une rencontre entre hommes d’affaires turcs et camerounais à Yaoundé.

Paul Biya et Abdullah Gül à New York en septembre 2008
prc.cm)/n



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé