Eco et Business › Entreprises

Cameroun: UCB dément l’entrée de Dangote dans son capital

©Droits réservés

Pour l’entreprise brassicole, l’information contenue dans le rapport d’activités 2016 de son concurrent, la Sabc, est « dénuée de toute véracité ».

La Société anonyme les brasseries du Cameroun (Sabc) a publié son rapport d’activités 2016 sur son site Internet le samedi 24 juin. Dans le document soumis à l’appréciation du grand public, la Sabc a analysé les performances de la concurrence en termes de ventes, notamment sur le marché de la bière. A ce niveau, l’entreprise a obtenu 74% des parts de marché, devant Guinness (15%) et UCB (10%). Notons qu’en 2016, les ventes globales de bière ont été estimées à  6,5 millions d’hectolitres, selon le rapport de la Sabc.

Cependant, l’entreprise a noté une amélioration dans les performances chez ses concurrents, en l’occurrence de UCB, qui « a aussi réussi une progression de l’ordre de 31% en 2016 avec un volume estimé de 620.000 hl contre 470.000 hl en 2015 ». Sabc poursuit son analyse de la concurrence en affirmant dans son rapport que « UCB s’est allié à Dangote sur le plan capitalistique ».

L’information publiée jeudi par Journalducameroun.com a fait réagir UCB : « Ces informations insinuant que Dangote aurait des parts dans le capital de UCB sont dénuées de toute véracité. Nous espérons que ce n’est pas une volonté inavouée de ternir notre image. En effet, Dangote n’a jamais été actionnaire d’UCB. Nous restons un maillon incontestable à l’épanouissement économique de notre pays et ne saurions fonder nos activités sur des actions dissimulées tel que relaté sur la toile.Nous sommes et demeurons 100% camerounais et fière de l’être ! »

De son côté, la direction de la Sabc a publié un communiqué sur sa page Facebook. « Cette information était destinée à un usage strictement interne à l’attention de nos actionnaires, a été relayée par la presse.


Dans la mesure où nous ne sommes pas habilités et en mesure de confirmer cette information, nous présentons nos excuses aux concernés et au public pour cette publication non souhaitée/planifiée», se défend l’entreprise.

 

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut