› Politique

Cameroun : un combat de profs, Fame Ndongo contre Maurice Kamto

Les Professeurs de Jacques Fame Ndongo et Maurice Kamto

Le secrétaire à la Communication du RDPC, grand chancelier des ordres académiques ne loupe plus aucune sortie du leader du Mouvement pour la renaissance du Cameroun. Jacques Fame Ndongo convoque de grandes formules, y compris littéraires  pour contrer un discours plein de juridisme du professeur Maurice Kamto.

Le prof Jacques Fame Ndongo sous la casquette de secrétaire à la communication du RDPC,  parti au pouvoir, est à l’affût des déclarations du Prof Maurice Kamto. Comme dans un  amphi, c’est quasiment à un  jeu de « question – réponse / action-réaction »  auquel a droit l’opinion. A la question du Prof  Maurice Kamto de savoir :   où est passé Paul Biya en ce temps de pandémie, la réplique violente de Famé Ndongo ne se fait attendre. « Le Chef de l’Etat est bel et bien à Etoudi. Il préside aux destinées du Cameroun, nonobstant les ¨ rêveries d’un politicien solitaire¨ (pour paraphraser Jean-Jacques Rousseau)».

En effet, depuis l’apparition du premier cas de Covid-19 le 5 mars dernier, le président de la République n’est jamais apparu publiquement. Suffisant pour que le leader du Mouvement pour la renaissance conclue que le peuple est « orphelin » de son chef. Faux ! rétorque le cadre du parti du pouvoir, Jacques Famé Ndongo. « Les Camerounais ne sont pas « orphelins » : ils ont, à la tête de l’Etat, un Président de la République qu’ils ont réélu (…) C’est ce Président de la République qui conduit courageusement la Riposte Camerounaise contre le COVID-19, une pandémie qui menace la Planète Terre. Le Président Paul BIYA est à la tête d’un comité d’organisation d’essence pyramidale et transversale  ».

Lui qui est par ailleurs ministre de l’Enseignement supérieur,  ne s’abstient pas de fustiger le Fonds de solidarité lancé par le MRC pour participer à la lutte contre Covid-19,  à travers l’opération Survie-Cameroon-Survival Initiative. « Le maître de conférences de droit assassine le droit. Il a créé un Fonds parallèle illégal pour collecter des moyens financiers, afin, allègue-t-il, de venir au secours d’un peuple «orphelin» et «abandonné à lui-même» face à la pandémie du COVID-19 », écrit Jacques Fame Ndongo.

Au sujet de cette opération Survie-Cameroon-Survival Initiative, Maurice Kamto soutient dans son discours du 9 avril qu’elle est: « légitime par nature et n’empêche pas les pouvoirs publics d’agir s’ils le désirent. Mais les populations ont le droit d’œuvrer pour leur survie. Aucune loi ne les en empêche. Au demeurant, le Peuple souverain étant la source de la loi ne peut être arrêté par la loi. Encore moins lorsqu’il agit pour sa propre survie et celle de la nation en tant que collectivité territoriale et humaine. On connait la maxime bien établie en droit : « Nécessité fait loi. »


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé