Politique › Institutionnel

Cameroun: Un convoi militaire français sur la voie ferrée sème la panique à Yaoundé

En partance pour Bangui pour l’opération «Le sangaris», le convoi est passé par Yaoundé ce matin effrayant les populations qui pensaient déjà à la guerre dans leur pays

Un convoi militaire français qui traversait le centre ville de Yaoundé ce matin 4 décembre, par voie ferrée a semé la panique parmi les populations qui ont vécu la scène. Un monsieur, apparemment la quarantaine bien sonnée était près à descendre du taxi qui le transportait pour son lieu de travail. A peine a-t-il vu le train chargé de chars français et dont certains étaient estampillés « Croix rouge » qu’il s’est écrié mon Dieu la guerre arrive déjà au Cameroun ? Que se passe t-il en ce moment à Yaoundé ? Une autre dame placée non loin du lieu dit Rond Point de la Poste centrale a tout simplement dit d’ une voix forte je savais que le Cameroun ne peut pas échapper à la guerre. Du coup, toutes les attentions étaient portées sur la voie ferrée pour observer de près le passage de ce train spécial qui avait deux types de wagon : les wagons portes-chars près une dizaine et les wagons portes-passagers, environ cinq. Dans ce dernier, on pouvait voir des soldats français et dont certains jouaient aux stars en saluant du geste de la main au passage de leur wagon les plus courageux des curieux qui les observaient.

Plus de peur que de mal à la fin, ce convoi militaire français apprend-on, est envoyé en mission pour ramener la sécurité et restaurer la paix en République centrafricaine. Des sources indiquent que près de 400 militaires et des journalistes français y sont embarqués pour cette opération militaire baptisée lundi 2 décembre par le président français François Hollande et le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian « Le sangaris » qui est un papillon rouge vivant dans les forêts de la Centrafrique. Depuis le départ de François Bozizé de la présidence de la RCA, chassé par les rebelles de la Séléka, ce pays limitrophe au Cameroun est plongé dans le chaos avec des conséquences sur la population Camerounaise, surtout de la région de l’Est. La nécessité de renforcer la présence militaire internationale dans ce pays d’une superficie de plus de 622 000 Km² devient alors impérative. Des sources internationales révèlent aussi que le secrétaire général de l’Onu pourrait présenter d’ici le mois de mars son plan d’opération pour l’envoi des casques bleus en Centrafrique. C’est le feu vert que l’on attend depuis des mois explique-t-on à Paris. Ces soldats français épaulés par une force africaine pourront donc entrer en action et tenter de sécuriser la RCA plongée dans le chaos par les bandes armées de la rébellion Séléka depuis mars 2013. En attendant le compte à rebours qui sera engagé à Bangui, la France qui accueille un sommet des pays d’Afrique les 6 et 7 à Paris pourrait toutefois attendre la fin de cette réunion internationale pour démarrer le gros des opérations. Ce sera sans doute autour du 7 ou du 8, confie un diplomate de haut rang français.

Image d’illustration
montesquieuvolvestre.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut