› Politique

Cameroun : un député français critique le boycott des élections du 9 février

Photo d'illustration (c) Droits réservés

En visite au Cameroun cette semaine, le député Rodrigue Kokuendo a relevé l’inefficacité du boycott des législatives et municipales observé par des partis de l’opposition.

Il n’y a plus de retour possible, le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) ne participera pas à l’élection législative et municipales du 9 février 2020. La formation politique qui mène des campagnes d’explications sur le sujet a fait jeudi l’objet de critiques de la part du député Rodrigue Kokuendo pour ses positions.

L’élu de la nation regrette le boycott observé par l’opposition, en l’occurrence le MRC, seul parti engagé dans cette fronde. « La politique de la chaise vide n’a jamais rien résolu », a déclaré Rodrigue Kokuendo sans allusion directe au MRC.

Les députés Rodrigue Kokuendo et Didier Quentin séjournent au Cameroun depuis le 14 janvier dernier. Ils y effectuent une mission parlementaire sur la crise dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest afin de faire un rapport qui pourra éclairer les avis du Parlement français.

Ce vendredi, ils rencontrent les leaders des partis politiques représentés à l’Assemblée nationale du Cameroun, parmi lesquels le MRC. Cette formation politique ne prendra pas part au scrutin du fait de nombreuses récriminations, notamment : les défaillances du système électoral et le manque d’engagement du gouvernement à sortir de la crise dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest.

Article lié : Crise anglophone : ce que font des députés français au Cameroun


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé