› Société

Cameroun : un « général » séparatiste tué et un autre fait prisonnier par l’armée

Le colonel Charles Alain Matiang, lors de la présentation du 19 juillet 2020 à Santé (Nord-ouest Cameroun).

C’est la résultante d’une opération menée par près de 450 hommes conduits par le colonel Matiang dans la région du Nord-ouest du Cameroun.

Le dimanche 19 juillet 2020 à Santa (région du Nord-ouest), le général Valère Nka commandant la 5ème région interarmées reçoit officiellement le colonel Charles Alain Matiang et ses hommes de la 51ème Brigade d’infanterie motorisée.

Ceux-ci sont de retour d’une opération de quelques jours dans les environs des localités de Awing, Pinyin, Santa et Bamendakwe ; dans la région du Nord-ouest du Cameroun.

A la tête d’une mission de 450 hommes, le colonel Charles Alain Matiang a mené une opération dans les camps sécessionnistes de ces localités. Une trentaine de véhicules ont été mobilisés.

Résultat de cette descente, une quinzaine de séparatistes armés tués. Parmi ces derniers, le « général » séparatiste Okoro qui commandait un groupe à Pinyin. Le « général Bush » a quant à lui été fait prisonnier par les hommes du colonel Matiang.

Cette opération a également permis à la 51ème Brigade d’infanterie motorisée de mettre la main sur le matériel de guerre des groupes sécessionnistes.

Il s’agit principalement de motos, de conteneurs de carburant illicite, de générateurs, de câbles électriques, de bouteilles de gaz, de fétiches, de la poudre à canon, des treillis, une tronçonneuse, des sacs de marijuana, un réfrigérateur, un fauteuil de direction, un fusil automatique AK, des téléphones portables utilisés pour faire exploser des engins explosifs improvisés et des moissonneuses-batteuses.

22 vaches appartenant au sénateur Achidi Achu  –  ancien Premier ministre – qui avaient été saisies par les séparatistes et transportées à Ashong (par Batibo) ont été reprises.

Les séparatistes dans cette zone s’étaient déjà illustrés par des attaques d’envergure, notamment sur l’axe Bafoussam-Bamenda avec un point critique entre Babadjou et Santa.

Plusieurs convois militaires ont été attaqués sur cette route tandis que le 4 juillet 2020, ils interceptent et brûlent un camion des Brasseries du Cameroun.

Le 11 juillet, ils attaquent la brigade de gendarmerie de Bamendakwe, mais dans l’intervalle, une autre attaque contre un convoi de police tue un officier et blesse cinq autres.

Il devenait urgent pour les autorités militaires de la région de rétablir la sécurité sur cet axe important.


L’Info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé