Société › Faits divers

Cameroun : un homme trompe son épouse avec sa prétendue cousine

©Droits réservés

Trahison ! Une dame veut divorcer de son époux après plusieurs années de mariage. Elle déclare avoir découvert que la femme enceinte que son époux lui avait présentée comme étant sa cousine, est en réalité sa maîtresse et mère de son enfant.

 

 

 

Les faits sont relatés par Kalara. Une nouvelle fois, Annette s’est retrouvée seule devant le juge du Tribunal de premier degré (TPD) de Yaoundé. Cette commerçante au teint clair a intenté une procédure devant cette juridiction afin d’obtenir la dissolution de son mariage d’avec Brice, l’homme qu’elle appelait autrefois «mon étalon».

Après plusieurs renvois concédés dans le cadre de cette procédure pour la comparution de son époux et père de ses deux enfants, le tribunal a décidé d’examiner l’affaire en l’absence de ce dernier. Du haut de son 1m60 environ, Annette a donné les raisons de sa présence devant la barre.

Elle souhaite que l’acte de mariage, signé en 2001, soit annulé. Pour soutenir sa requête, la dame s’est focalisée sur un seul argument, l’infidélité de son époux. C’est en larmes qu’Annette a entamé son propos. Elle relate que son époux et elle forment un couple mixte. Brice est de l’ethnie Bamileké, et elle Ewondo.

Ils ont scellé leur union dans la ville de Bertoua, en décembre 2001 sous le régime de monogamie  et la communauté des biens. Après le mariage civil et religieux, le couple a établi leur domicile conjugal dans un quartier populaire de Yaoundé, nouvelle ville d’affectation du chef de famille. L’amour, le pardon mutuel et la confiance consolident leur relation. De ce foyer sont nés deux enfants encore en bas âge.

«Je n’avais pas pris la peine de connaître tous les membres de sa famille avant de m’engager officiellement avec lui. Nous étions tellement amoureux l’un de l’autre que la famille venait après notre bonheur. C’est lors de notre cérémonie de mariage qu’il m’a d’ailleurs présenté à certains membres de sa famille », s’est-elle souvenue.

Le calvaire d’Annette commence après les deux premières années qui ont suivi leur mariage. Elle en a fait un long récit lors  de son témoignage : «Un soir, alors que j’étais à la maison, j’ai reçu la visite d’une femme enceinte qu’accompagnait mon époux. ».

Elle ajoute que : « sans me poser des questions, je l’ai accueilli et hébergé sous mon toit. Je la considérais déjà comme ma belle-sœur et je lui faisais des confidences, même les plus intimes ».

Maîtresse devenue copine

Après un court séjour dans le domicile du jeune couple, la femme enceinte est repartie. Les deux dames ont gardé contact. « Grande a été ma surprise, lorsque j’ai trouvé quelques mois plus tard les photos d’un bébé dans les documents de mon époux. Interrogé, ce dernier m’a avoué que l’enfant sur la photo est celui de sa prétendue cousine, et qu’il en est le géniteur. Investigation faite, j’ai découvert que cette femme est en réalité la maîtresse de mon mari ».

Offensée et humiliée par la trahison de Brice. Annette ne s’est pas retenue. Elle a plié bagages et ceux de leurs enfants et est allée trouver refuge dans le domicile de ses parents. Depuis lors, soutient la femme cocufiée, Brice ne s’est jamais rapproché d’elle pour recoller les morceaux, encore mois pour s’excuser de son comportement qu’elle juge méprisant.

De plus, ce dernier ne s’occupe plus d’elle, encore moins de leurs enfants. Lasse d’attendre une quelconque réconciliation et geste d’humilité de la part de son époux, Annette a décidé de mettre un point final à leur mariage, qui l’a trop fait souffrir.

« Je ne veux plus de ce mariage déshonorant et d’un époux insolent. Qu’il reste avec sa cousine. Je suis encore jeune et j’ai le droit refaire ma vie avec un homme qui pourra me respecter », a-t-elle clos son propos. Elle sollicite enfin la garde exclusive de ses deux enfants  et renonce à la pension alimentaire que devrait lui verser Brice.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé