Politique › Judiciaire

Cameroun : un jaloux poignarde à mort son rival pour une vendeuse de beignets

Un corps sans vie recouvert d'un drap
Le drame est survenu à la suite d’une altercation entre les deux hommes au quartier l’Hippodrome, Yaoundé. L’accusé, qui a reconnu les faits lors de l’enquête préliminaire s’est rétracté au cours du jugement le 2 juillet 2021. 

Les faits sont rapportés dans Kalara. Abdouraman Abdel  Karin est écroué à la prison centrale de Yaoundé Kondengui depuis 2018. Il est accusé devant le Tribunal de grande instance (TGI) du Mfoundi d’avoir tué Djibrila Abdoulaye à coup de poignard. L’accusé, qui a reconnu les faits lors de l’enquête préliminaire s’est rétracté au cours du jugement le 2 juillet 2021.

Abdouraman Abdel  Karin a relaté que Djibrila Abdoulaye lui a asséné une latte sur la tête devant le comptoir au quartier Hippodrome à Yaoundé. C’est ainsi que la bagarre a déclenché, et pour se défendre, il s’est servi du couteau qu’il utilisait d’habitude pour couper le citron du «Tchai», un thé très consommé au Cameroun, et a essayé de le blesser avant de se ressaisir, «je ne l’ai pas blessé. Je n’ai pas pu l’atteindre avec mon couteau parce que les gens sont intervenus. Je ne sais pas qui l’a poignardé, j’ai juste été informé qu’il a été blessé », a-t-il déclaré.

A la question du tribunal de savoir quelle a été la cause de leur altercation, Abdouraman Abdel a expliqué que c’est une certaine Awa, qui est à l’origine de leur dispute. Vendeuse de beignets à la sauvette, elle avait l’habitude de se reposer dans son comptoir parce qu’ils sont du même village. Il déclare que Djibrila Abdoulaye, qu’il n’avait jamais vu auparavant, lui avait reproché de courtiser Awa. « Je lui ai expliqué que cette fille est ma sœur, et que je n’ai jamais rien fait avec elle, mais, il ne m’a pas cru ». L’accusé soutient enfin qu’il n’y avait aucune relation amoureuse entre la dame et le défunt.

Le représentant du ministère public a requis la culpabilité d’Abdouraman Abdel Karin tandis que son avocat a plaidé la légitime défense. En effet, le 16 septembre 2018, les deux hommes avaient eu une altercation au sujet d’une femme. Djibrila Abdoulaye reprochait à l’accusé d’avoir passé la nuit avec sa copine. En réaction, Abdouraman Abdel Karin l’a poignardé à l’aide d’un couteau au niveau de la poitrine et il s’est ensuivi une mort immédiate. Le verdict est attendu le 6 août 2021.


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé