Politique › Sécurité

Cameroun : un proviseur décède après sa libération de captivité à Oku

Le proviseur avait été enlevé pour avoir « violé une interdiction » des séparatistes pour avoir voté lors de la récente élection présidentielle du 07 octobre dernier. (c) Droits réservés.

Le proviseur du lycée de Jiyane à Oku, département de Bui, région du nord-ouest, M. Kubum Martin serait décédé mardi matin après avoir été libéré de captivité quelques jours plus tôt, rapporte des sources proches de la famille.

Il a rendu l’âme le mardi 13 novembre à l’hôpital baptiste de Mbingo dans le département de Boyo, région du nord-ouest. M. Kubum Martin aurait été enlevé le 2 novembre dernier, par des hommes armés non identifiés, mais aurait ensuite été relâché après avoir payé une rançon de 150.000 de Fcfa, selon des sources fiables.

Ressentant de violents maux de tête quelques jours après sa libération, le décédé éprouvait également des difficultés à parler avant d’être transféré à l’hôpital baptiste de Mbingo. Pendant sa captivité, il n’a pas été blessé et a dû payer la somme de 150 000 de Fcfa avant d’être relâché avec l’aide de l’un de ses anciens élèves du lycée gouvernemental d’Elak à Oku, selon des sources proches.

La source a ajouté que le proviseur avait été enlevé pour avoir « violé une interdiction » des séparatistes pour avoir voté lors de la récente élection présidentielle du 07 octobre dernier. Les habitants d’Oku qui ont pris part à cette élection présidentielle ont été la cible des hommes armés qui avaient appelé à un boycott total.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut