Société › Société

Cameroun: un trafiquant de mandrill arrêté à Kribi

L’opération a été conduite par la délégation des Forêts et de la Faune de l’Océan, les forces de l’ordre, les autorités judiciaires et l’assistance technique de Laga, une Ong

Ce trafiquant d’espèces faunique protégées a été arrêté dans les locaux d’un hôtel à Kribi dans le département de l’Océan, région du Sud. Au moment de son arrestation, il était en possession d’un mandrill, une espèce faunique protégée par la loi faunique du Cameroun de 1994, et figurant dans l’Annexe I de la convention sur le commerce international des espèces de la faune et de la flore menacées d’extinction. Il est donc interdit le commerce du Mandrill à l’international. L’opération qui a conduit à l’arrestation de ce trafiquant de mandrill à Kribi a été conduite par la délégation des Forêts et de la Faune de l’Océan, en collaboration avec les forces de l’ordre, les autorités judiciaires et l’assistance technique de LAGA, une ONG internationale spécialisée dans l’application de la loi faunique. Le Mandrill saisi est actuellement au Limbe Wildlife Center où on prend soin de lui. Présents dans le Sud-est du Cameroun, l’Est du Gabon, la Guinée Equatoriale et le Congo, les mandrills vivent dans les forêts tropicales, dans les zones montagneuses à basse végétation, dans les forêts denses secondaires, et dans les brousses touffues. Les mandrills sont des animaux sociables qui vivent en groupe de 15 à 200 membres, avec dans chaque groupe, au moins un adulte mâle, cinq femelles ou plus, et leurs jeunes mandrills. Ils passent le plus clair de leur temps à fouiller dans la brousse, trouver à manger, se nourrissant de fruits, de feuilles, de racines, d’insectes d’ ufs et de petits animaux

Le mandrill passe pour être le plus grand singe au monde, avec un visage extrêmement frappant du fait d’une bande rouge aux rebords bleus qui descend le long de son nez, le mâle ayant la particularité d’être plus coloré que les femelles et les jeunes. Cette particularité du mâle lui permet d’intimider ses rivaux et les prédateurs. Bien que le commerce du mandrill soit interdit sur le plan international, de nombreux facteurs contribuent à la menace qui pèse sur eux, notamment les difficultés qu’on rencontre dans le suivi des animaux en forêts et la chasse illégale pour leur chair.

Mandrills et drill: une seule et même famille
Les mandrills sont de très près semblables aux babouins, et encore plus semblables aux drills. Mandrill et drills étaient tous deux classés comme des babouins dans le genre papio, mais les récentes recherches ont démontré qu’il fallait les séparer et les classer dans leur propre genre appelé Mandrillus. Le mandrill est un omnivore et obtient ses aliments grâce au fourrage, notamment les plantes et les petits animaux terrestres. Bien que les mandrills ne soient pas de grands prédateurs, on a déjà aperçu des mâles qui chassaient et mangeaient des petites antilopes. Dans un autre sens, les principaux prédateurs naturels du mandrill sont la panthère, le python et l’homme. Depuis 1976, la U.S Fish and Wildlife Service a classé le mandrill comme espèce menacée. Il y aurait, ces dernières années, une chute drastique de la population de mandrills. Un déclin dû en partie à la chasse intense pour sa chair. Les mandrills sont spécialement vulnérables vis-à-vis des chasseurs.

Mandrill mâle vivant



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé