Politique › Institutionnel

Cameroun: Une école internationale de guerre bientôt à Yaoundé?

Une délégation de l’union européenne et de la CEEAC, en mission à Yaoundé

La question du maintient de la paix est l’une des priorités des autorités camerounaises. Le chef de l’état Camerounais son excellence Paul Biya, a toujours voulu faire du Cameroun a un pays de paix certes mais aussi un état où la sécurité des personnes et de leurs biens est une réalité concrète. C’est sans doute la raison qui a motivé la visite des experts de l’Union Européenne et de la Communauté Economique et Etats de l’Afrique Centrale CEEAC en matière de maintient de la paix, à mettre le Cameroun sur la liste des pays africains qui pourrait et abriter l’école internationale de guerre pour le maintien de la paix, et servir de base à plusieurs opérations initiées par les nations unies.

Le 13 mai 2009, le Ministre Camerounais de la Défense Rémy Ze Meka a reçu en audience dans son cabinet, les experts de l’UE et de la CEEAC pour mieux vendre le label Cameroun. Le Contre- amiral Karl Hennin et sa délégation ont aussi effectué une descente au campus du Cours Supérieur Inter armées de défense de Simbock. La mission qu’il dirige a-t-il précisé est effectuée, en étroite collaboration avec l’Union Africaine qui fait le tour du continent pour étudier les possibilités de soutien aux centres de formation en matière de paix. La descente effectuée à l’école de guerre de Simbock à Yaoundé, a ainsi pour but de voir dans quelles mesures cette école peut se transformer en une école internationale pour le Maintien de la paix.

Le général Camerounais Esaïe Ngambou qui a eu une séance de travail avec cette délégation a pu préciser la position du Gouvernement Camerounais sur l’importance d’une telle structure dans la Capitale Camerounaise.IL a aussi été question pour le commandant du centre de d’expliquer à la délégation, les modalités pratiques, logistiques adéquates pour la mise en place d’une telle structure. Avec le ministre de la défense Rémy Ze Meka c’était presque le même cérémonial. Il faut rappeler que cette délégation de l’Union Européenne et de l’Union Africaine attendu ce jour en Afrique du Sud, a déjà effectué des descentes dans plusieurs autres pays du continent africain. C’est donc une véritable tournée d’inspection qui permettra à terme, de choisir le ou les pays africains aptes à abriter cette structure sensible et stratégique en matière du maintien de la paix. Le rapport final devrait à cet effet être disponible au mois de juillet 2009.

L’école internationale pour le maintien de la paix que le Cameroun pourrait abriter est une première étape vers la mise en scène de la force africaine qui tarde encore à être opérationnelle. Le financement de cette école sera attribué à l’Union Européenne et à la Communauté des Etats de l’Afrique Centrale. Son implication répond aux exigences de voir cette structure se conformer aux normes internationales d’autant plus que les forces africaines interviendront un peu partout à travers le continent. Le Cameroun qui a déjà l’avantage d’abriter une école de guerre et qui est en course avec l’Algérie pour abriter le site de la base logistique de la Force Africaine, part donc largement favoris. Surtout que le pays de Paul Biya abrite maintenant le Centre Multinationale de coordination (CMC) dans le cadre de l’opération conjointe de surveillance maritime du golf de Guinée.

Image d’illustration
mincoin.free.fr)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut