Société › Faits divers

Cameroun : une femme quitte son époux militaire pour son amant mécanicien

L’homme en tenue reproche à son épouse d’avoir déserté le domicile conjugal pendant qu’il était en mission hors du pays pour vivre avec son amant. Il sollicite une séparation de corps, le temps pour lui de réfléchir. Son épouse, quant à elle, sollicite le divorce.

Les faits sont rapportés par Kalara. C’est une forte tempête qui s’abat sur le couple Ashley et Christopher. Seul le juge du Tribunal de premier degré de Yaoundé qui connaît l’affaire, devra siffler la fin des hostilités entre les deux personnes qui sont décidées à briser les liens de leur mariage.

Christopher, un jeune militaire, a traduit Ashley en justice pour les faits qualifiés d’abandon de foyer conjugal. Il sollicite une séparation de corps d’avec cette dernière, le temps pour lui de réfléchir sur leur vie de couple. De son côté Ashley, qui portait un nourrisson de deux mois à peine  dans ses bras, ne s’est pas fait prier.

Elle s’oppose à la requête de séparation de corps initiée par son époux et a, séance tenante, introduit devant le même tribunal une demande de divorce. La jeune dame veut « déchirer » l’acte de mariage qui fait d’elle l’épouse légitime de Christopher. Les époux ont croisé leurs arguments à l’audience du 15 décembre 2021 en présence de leur premier enfant.

Christopher et Ashley ont scellé leur union en 2016, sous le régime de la monogamie et la communauté des biens. Après deux ans de vie commune, ils ont eu un enfant âgé de 2 mois. Christopher souligne qu’à la demande de son épouse, ils avaient prévu d’avoir cinq enfants après leur mariage.

«Dans le lieux de services de mon épouse, les femmes enceintes sont immédiatement licenciées. Lorsqu’elles sont enceintes, elles perdent automatiquement  leur emploi. Comme elle aimait son travail, nous avons voulu profiter pour économiser un peu d‘argent avant d’avoir des enfants », a déclaré le chef de famille.

Amant caché

Seulement la grossesse est arrivée plus tôt que prévu, et Ashley qui prétendait ne pas être prête pour devenir mère a changé de visage. « Elle a commencé à marcher avec d’autres personnes que je ne connaissais pas. Elle rentrait à des heures tardives et au moindre reproche, elle se fâchait. Elle m’insulte partout, que je suis un homme infidèle. Je pensais que c’était les effets de la grossesse »

Les problèmes commencent en 2020, lorsque, de retour d’une mission à l’étranger, Christopher constate que leur domicile est sans présence humaine. Il soutient qu’à la veille de son départ, il n’avait aucun problème avec son épouse. Cette dernière l’a même  accompagné jusqu’à son lieu de service pour lui dire au revoir.

Poursuivant son récit, l’homme en tenue relate qu’après avoir trouvé les lieux déserts, il a appelé leurs deux mamans pour avoir des nouvelles de son épouse. Mais dans une famille comme dans l’autre, il n’a pas eu de nouvelles d’Ashley. Son frère cadet avec qui ils vivaient n’avait également pas de nouvelle de la dame de maison.

C’est quelques semaines plus tard qu’ils ont été informés que son épouse aurait abandonné le domicile conjugal pour aller vivre avec son amant dans un autre quartier de la ville. « Après enquête, j’ai découvert que la femme vivait avec un mécanicien et elle accouché de notre bébé  dans le domicile de cet homme, J’avais pourtant tout donné à me femme avant mon départ, mais, elle en  demandait encore et encore », a confié Christopher.

Il ajoute : « je ne suis même sûr d’être le père de cet enfant qu’elle porte dans les bras. Pourtant, je l’aime encore. Je sollicite une séparation de corps pour réfléchir ». Ashley qui s’impatientait de prendre la parole à chaque chef d’accusation évoqué par son époux, ne pouvait plus se contenir.

Militaire menteur ?

Sans attendre son tour, la jeune dame, qui tremblait de tout son corps, a aussitôt répliqué : « Menteur ! Menteur ! Menteur ! Il y aucun mot vrai dans son témoignage ». Elle a expliqué au tribunal qu’à la veille du départ en mission de Christopher, ce dernier lui a simplement dit sans preuve qu’il part en Centrafrique.

« Quand, j’ai voulu en savoir plus, il m’a dit que ce n’est pas mon affaire. J’étais déjà enceinte et il le savait. J’ignorais le temps qu’il allait mettre là-bas. Voyant que les jours de mon accouchement s’approchaient, je suis allée chez ma tante à l’Est et 7 jours plus tard, j’ai accouché de ce garçon », s’est-elle défendue. Ashley, qui nie avoir abandonné le foyer, soutient en outre que son mari a profité de son absence pour inviter ses maîtresses dans leur domicile.

D’ailleurs, l’une d’elle s’est installée dans leur domicile conjugal. «  Je l’ai appelé un jour et je lui ai dit que tant qu’il ne renvoie pas cette femme, je ne rentrerai pas à la maison. Je ne veux pas être mariée à un homme et vivre loin de lui. Je l’aime encore. S’il demande la séparation de corps, je refuse. Je préfère le divorce pour refaire ma vie », a martelé la jeune maman d’un ton décisif.

La juge, très conciliatrice, a voulu donner une chance à ce jeune couple pour sauver leur mariage qui selon elle traverse une tempête. Elle leur a conseillé une « assisse », question d’avoir une communication sincère. L’affaire a été renvoyée au 5 janvier 2022.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé