Société › Société

Cameroun: Une marche pour les étudiants décédés perturbe les jeux universitaires

La marche du souvenir organisée par l’Addec a été stoppée par la milice de Ngoa-Ekellé

Ils étaient environ une vingtaine, les étudiants qui ont pris le départ de la marche pacifique vers 10 heures et trente minutes ce 8 mai 2009, aux abords du stade Matéco de l’université de Yaoundé I. Alors que se déroulaient les compétitions sportives des 12ème éditions des jeux universitaires, des membres de l’association de défense des intérêts des étudiants camerounais (Addec) observaient leur marche, vêtus de T-shirt noir sur lesquels on pouvait lire commémoration de l’assassinat des étudiants des universités d’Etats au Cameroun, mai 1991-avril 2005. Cette même phrase figurait également sur une longue banderole noire tenue par des étudiants en avant du groupe. Pendant quelques temps, ce groupuscule d’étudiants a ravi la vedette aux athlètes participants aux jeux universitaires. Une trentaine de minutes durant, la marche s’est déroulée paisiblement jusqu’au moment où les gros bras de la police du campus de Ngoa-Ekelle se sont interposés. Cette dernière a d’après certaines sources, reçue l’ordre d’interdire le mouvement entrepris par l’Addec.

Les mêmes sources ont d’ailleurs indiqué que cette milice aurait reçu des instructions fermes des responsables de l’institution universitaire, de réprimer ce mouvement qui aurait entaché le bon déroulement des jeux universitaires qui se déroulent depuis le 3 mai dernier au campus de l’université de Yaoundé I. Pour l’Addec, cette marche dite du souvenir visait à rappeler à la communauté universitaire ainsi qu’à l’opinion publique qu’on ne peut pas banaliser la violence, le scandale et même la mort. D’après Fokam Napoléon, secrétaire à la communication de l’Addec, C’est une marche qui entre dans le cadre des activités de la 3ème commémoration de l’assassinat des universitaires du Cameroun, des étudiants tués au cours des grèves observées en mai 1991 et en avril 2005. Ces derniers ont trouvé la mort sur le champ de bataille alors qu’ils réclamaient l’amélioration des conditions de vie des étudiants camerounais.

A en croire Fokam Napoléon, la marche pacifique de ce 8 mai étaient connues des autorités en place nous avons informé le recteur de l’université de Yaoundé I, ainsi que les forces de l’ordre. En outre, nous avons reçu des tracts vraiment menaçants, ainsi que des lettres de menaces. Mais ces menaces ne nous font pas peur, cela ne peut pas nous faire plier car, la cause pour laquelle ces étudiants sont morts est largement au dessus de tous les présupposés que les uns et les autres pourraient avoir autour de cette manifestation.

La marche pacifique du souvenir stoppée ce vendredi au campus de Ngoa-Ekelle s’inscrit dans le cadre des manifestations marquant la 3ème édition de la semaine des martyrs organisée du 2 au 10 mai 2009 par l’Addec.


www.aeud.fr)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut