International › APA

Cameroun : une quarantaine de personnes enlevées par des sécessionnistes

L’Ambazonia Defense Force (ADF), un mouvement armĂ© exigeant la sĂ©cession des rĂ©gions anglophones du Cameroun, a postĂ© samedi, sur les rĂ©seaux sociaux, une vidĂ©o revendiquant l’enlèvement une quarantaine de personnes, dont deux Tunisiens travaillant sur un chantier routier, le mĂŞme jour dans la localitĂ© de Fontem (Sud-Ouest).Les images prĂ©sentent des hommes cagoulĂ©s et armĂ©s, obligeant les occupants d’un autobus et d’un tout-terrain, dont les vitres ont Ă©tĂ© explosĂ©es, Ă  mettre pied sur une route en terre venant d’essuyer une averse.

 Le chauffeur de l’autobus, au sol, une arme Ă  feu Ă  la tempe, supplie l’un de ses ravisseurs de lui laisser la vie sauve.

 La vidéo, qui dure près de 2 minutes, ne diffuse aucun message ni revendication particuliers des ravisseurs.

 Selon les premiers Ă©lĂ©ments de l’enquĂŞte rendus publics par les services du gouverneur du Sud-Ouest, les personnes ainsi enlevĂ©es, conduites dans un lieu inconnu, sont des Ă©tudiants de l’universitĂ© d’Etat de Dschang (Ouest) qui, avec le prĂ©sident du conseil d’administration du General Certificate of Education (GCE) Board, l’Ă©quivalent anglophone des l’Office du baccalaurĂ©at, Ivo Leke Tambo, quasiment dĂ©shabillĂ© sur les images, alors qu’ils se rendaient Ă  un meeting politique.

 A en croire les mĂŞmes sources, les dĂ©sormais otages avaient Ă©tĂ© conviĂ©s Ă  une kermesse Ă  Fontem, destinĂ©e Ă  remercier le chef de l’Etat Paul Biya pour avoir nommĂ© un fils du terroir, Paul Tasong Njukang, le 2 mars dernier au poste de ministre dĂ©lĂ©guĂ© auprès du ministre de l’Économie, de la Planification et de l’AmĂ©nagement du territoire en charge de la Planification.

Cet incident, note-t-on, intervient au moment oĂą le nouveau ministre de l’Administration territoriale, Paul Atanga Nji, par ailleurs natif de la rĂ©gion du Nord-Ouest, effectue une visite de travail dans cette partie du pays marquĂ©e par plusieurs audiences avec les forces vives de la zone en vue d’explorer les pistes de solution Ă  la crise sĂ©cessionniste qui dĂ©chire les rĂ©gions anglophones depuis octobre 2016.

Avant cette descente sur le terrain, il a demandé aux activistes de désarmer et de revenir à la légalité républicaine.

Quelques jours plus tôt, M. Atanga Nji avait indiqué, par voie de communiqué, que les séparatistes des régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, qualifiés de «sécessionnistes terroristes», avaient déjà assassiné 27 éléments des forces de défense et de sécurité en un an et demi dans cette partie du pays.

Ă€ LA UNE
Retour en haut