Société › Société

Cameroun: Urbanisation de la ville de Yaoundé, le mauvais management de Gilbert Tsimi Evouna

Après la crise récemment vécue dans le transport urbain, c’est au tour du projet immobilier de connaitre des difficultés

Tous d’accord au départ
Mercredi 22 juillet 2009 dernier, les principaux acteurs du projet « Résidence Ongola » se sont exprimés face à la presse, pour parler de la construction des logements sociaux à Yaoundé. Autant que les responsables de la société Timbal Construction attributaire de la maitrise d’ouvrage, les responsables des structures partenaires (Afriland first Bank, Apave et Cacoco) étaient apparus rassurants et envisageaient un avancement considérable du projet avant la fin de l’année 2010. Il y’a quelques jours, Afriland First Bank le principal partenaire financier, annonce avoir suspendu ses avances de crédit. L’information est venue s’ajouter à la baisse totale du rythme que l’on pouvait observer sur le chantier du projet situé au quartier tsinga. La décision de la banque procède d’une logique simple de financement. Les entreprises bénéficiaires des crédits n’ont pas pu faire un rapport convainquant des dépenses effectuées jusque là, et les travaux ne montrent aucune visibilité.

Désaccords entre partenaires
Entre les firmes Timbal consulting et Cacoco l’union a été de courte durée. Dans une interview accordée au journal Mutations Victor Tamba, le manager général de Cacoco, affirme que si le projet échouait, ce serait la faute à Timbal. Timbal a résilié le contrat qui nous liait. En fait c’était l’aboutissement d’un acharnement qui avait commencé le 5 octobre, et finalement en fin octobre il a décidé de mettre fin à notre collaboration affirme t’il. Du coté de Timbal on explique que les responsable de Cacoco ont détourné les fonds mis à leurs dispositions pour d’autres besoins. Nous leur avons donné les fonds qu’ils ont placé dans les marchés publics. Voilà entre autres raisons qui nous ont poussé à leur écrire pour demander d’abord la révision du contrat le 5 octobre, et ensuite la résiliation le 26 du même mois, précise Achille Mballa un responsable de chez Timbal, dans une interview accordée à Mutations.

Projet géré avec légèreté
Les observateurs analysent la situation en place en relevant les mauvais choix managériaux de la Communauté Urbaine de Yaoundé (CUY), et donc de son délégué du gouvernement. Il semble plus facile de détruire que de construire chez ces gens, affirme l’un d’eux sous anonymat. Le projet Résidence Ongola apparait selon eux, comme étant l’exemple type des abus de toutes sortes auxquels se livrent certains responsables détenteurs du pouvoir au Cameroun. Le problème de logement décent et viable est une réalité des grandes villes camerounaises. Mais les solutions de la CUY apparaissent aux yeux des experts, totalement déphasées de la réalité. Pour Yaoundé il faut de nombreux logements sains, mais pas de logements luxueux. Autre chose, l’entreprise Timbal ne peut justifier pourquoi c’est en Espagne qu’il fallait aller trouver du matériel de qualité et même l’expertise alors que la communauté aurait pu approcher le cabinet chinois responsable et constructeur du palais des sports et dont la compétence est visible. Ou des experts locaux.

Tsimi Evouna trompé ou trompeur?
Dans le même ordre d’idée les analystes reprochent la légèreté avec laquelle les autorités de la communauté urbaine ont attribué la maitrise d’ouvrage à la société Timbal consulting. Selon certaines sources proches du dossier, cette structure n’a pas démontré une compétence avérée dans la gestion de ce type de dossier. Quant à la structure basée en Espagne dont elle est la filiale, elle est loin d’être un partenaire à la dimension du projet en cours. Elle a été créée en 2005 et s’occupe d’intermédiation financière de petite envergure et précisément sur des exportations d’un type bien précis de produits. Son capital social n’excède pas 2 000 000 de FCFA. Tout cela suscite des interrogations. Tsimi Evouna n’était pas au courant de cette supercherie ? Selon beaucoup d’analystes, impossible qu’il n’ait pas été au courant, lui dont la détermination et l’acharnement ont fait que lui soit attribué le surnom de Jack Bauer, du célèbre acteur américain de série policière. Les malheurs du projet Résidence Ongola rappellent en tous points celui du Bus qui lui, devait solutionner les soucis du transport urbain dans la ville de Yaoundé. Le partenaire américain qui avait été présenté n’était rien d’autre qu’une société créée pour la circonstance aux Etats unis et dont le plan d’affaire initial débutait par le Cameroun.
Cette situation pose le problème encore plus complexe de l’opportunité de la mise en uvre en janvier 2010 prochain de la décentralisation. Celle ci donnera une certaine autonomie financière aux responsables des collectivités locales. Le risque de voir de millions de francs CFA des contribuables camerounais utilisés sur des projets dont la pertinence restera à démontrer, est trop grand.

L’idée des résidences luxueuses sera t-elle réalisée?
Journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut