Dossiers › Focus

Cameroun : visite papale, léger désaccord sous cape

Le pape Benoît XVI a abordé entre autres thèmes le sida, en campant sur la position de l’Eglise catholique contre l’usage du préservatif.

Accueilli à sa descente d’avion par le président camerounais Paul Biya,le pape a souligné les maux dont souffre l’Afrique et en bon rang desquels figurent la violence,la pauvreté,la faim,la corruption,l’abus de pouvoir.Le président Biya a salué l’intérêt manifesté par Benoît XVI pour ceux qui souffrent de la guerre,de la misère,de la maladie ou de l’oppression.Il rajoutera par la suite à l’attention du pape que sa seule présence est porteuse d’espoir et de confiance en l’avenir.A coté de ces belles politesses,on a vu des milliers de camerounais parfois par familles entières ou par groupes religieux et traditionnels se masser en haie sur l’itinéraire menant de l’aéroport à la nonciature apostolique, lieu de logement du saint père.
Derrière ces convenances de bon enfant,il existe de légers points de désaccords lorsque le pape parle de l’Afrique comme d’un continent en proie à la corruption et l’abus de pouvoir.Mais le pont de contradiction le plus clairement exprimé porte sur la position de l’église face à l’usage du préservatif.Le Cameroun face à la montée de la pandémie a favorisé comme moyen de prévention et de lutte la vulgarisation du port du préservatif.Cette option est tellement ancrée qu’aujourd’hui le préservatif est la solution pour de nombreux couples où l’un des membres est séropositif,l’autre saint. Dans l’avion qui le menait pourtant au Cameroun,le pape aurait donné sa vision du problème.D’après l’agence France presse qui a rapporté l’information,le pape aurait estimé que l’on ne pouvait pas régler le problème du sida pandémie dévastatrice en Afrique,avec la distribution des préservatifs.Au contraire leur utilisation aggrave le problème,a-t-il affirmé.Ceci n’est pas une nouvelle position. Le Vatican s’est toujours opposé à toute forme de contraception autre que l’abstinence et réprouve l’usage du préservatif, même pour des motifs de prévention des maladies.Même si cela n’a pas été soulevé par beaucoup de media locaux qui ont choisi de se pencher sur les travers de l’église au Cameroun,cette position du saint père a connu la désapprobation des associations locales et internationales de lutte contre le Sida, d’autant plus que le Pape Benoit 16 aurait rajouté que la solution passait par « un réveil spirituel et humain » et l' »amitié pour les souffrants ».La réitération de ce message, dont son prédécesseur ne s’est jamais éloigné,est envoyée à un continent ravagé par le sida.L’Onusida décompte 22 millions de séropositifs dans l’ensemble de l’Afrique subsaharienne, soit les deux tiers du total mondial,1,5 million en sont morts. Une jeune femme sur trois est contaminée au Botswana, une sur quatre au Zimbabwe et en Afrique du sud.Le refus tragique de certains gouvernements à la reconnaître a retardé la lutte contre la pandémie.De nombreux acteurs sociaux, y compris appartenant à l’Église catholique,déplorent ce dogme alors qu’ils ont déjà bien du mal à lutter contre certaines traditions qui favorisent la dissémination des antivirus.

Paul et Chantal Biya, en concertation avec Benoît XVI
AFP)/n

La protestation la plus ouverte et officielle serait venue de la ministre belge de la santé.D’après l’Agence France Presse qui a rapporté l’information,un communiqué du ministère Belge de la santé stipule que « C’est avec stupéfaction que la ministre de la Santé publique,Laurette Onkelinx,a pris connaissance des propos tenus par le pape Benoît XVI à l’occasion de son voyage à Yaoundé.Pour la ministre belge, de telles déclarations seraient susceptibles d’anéantir des années de prévention et de sensibilisation et mettre en danger de nombreuses vies humaines.Mais mis à part cette tache de discorde,le pape profitera de sa visite en Afrique pour laisser derrière lui le profond malaise du Vatican qui est né de la polémique suscitée par la levée de l’excommunication d’un évêque négationniste. Il dira dans son discours à ce propos qu’il ne se sentait pas seul,mais entouré d’amis.De même,il a évoqué les conflits régionaux qui dévastent l’Afrique,le trafic des enfants, nouvelle forme d’esclavage,ainsi que la pénurie de produits alimentaires,la crise financière ou les désordres du changement climatique qui affectent le continent de façon disproportionnée. Il a toutefois précisé que l’Eglise ne vient pas proposer aux Africains de nouvelles formes d’oppression économique ou politique. Elle ne cherche pas non plus à attiser des rivalités interethniques ou interreligieuses mais offre la paix et la joie du royaume de Dieu. Benoît XVI,en Afrique en général et au Cameroun en particulier qui va à la rencontre d’une Eglise particulièrement dynamique,a dit en avoir une opinion positive,soulignant qu’elle était proche de ceux qui souffrent et ont besoin d’aide.Selon les statistiques de l’Eglise catholique,le nombre de fidèles en Afrique a encore progressé de 3% en 2007 alors qu’il est resté stable sur l’ensemble de la planète.Admettant néanmoins que le péché existe aussi dans l’Eglise,Benoît XVI a affirmé qu’il appellerait ses responsables à un examen de conscience.
L’Eglise africaine à la rencontre de laquelle va le pape doit également affronter de nombreux problèmes,dont les relations parfois conflictuelles avec l’islam.Le pape a aussi annoncé que son voyage serait l’occasion d’aborder des thèmes comme la lutte contre la corruption et l’ouverture aux autres religions, estimant que les relations entre catholiques et musulmans étaient bonnes.Un quart environ des Camerounais est catholique,à égalité avec les religions traditionnelles.22% sont musulmans et un peu plus de 17% protestants.

Le message du pagne papal
journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut