› Politique

Cameroun: en vue des élections de 2018, la presse publique va montrer “ce qui a été fait” dans le cadre des “Grandes réalisations”

Joseph Lé, président du conseil d'administration de la Sopecam. ©Droits réservés

Le président du Conseil d’administration de la Sopecam, société financée par l’Etat, éditrice du quotidien Cameroon Tribune, a déclaré jeudi qu’il faudra montrer aux Camerounais les réalisations autour du thème de campagne 2011 de Paul Biya.

La presse publique nationale semble avoir une idée nette du traitement qu’elle fera de l’actualité en 2018, année qui verra l’organisation de nombreux scrutins électoraux.

D’après le président du Conseil d’administration de la Société de presse et d’éditions du Cameroun (Sopecam), Joseph Le, il sera notamment question de mettre en exergue tout ce qui a été fait autour des “Grandes réalisations”, thème de campagne choisi par Paul Biya (actuel chef de l’Etat), lors de la présidentielle de 2011.

“[…]l’annĂ©e 2018, comme vous le savez, est une annĂ©e Ă©lectorale au Cameroun. Et la Sopecam, dans le cadre des missions que lui a assignĂ©es l’Etat qui en est le propriĂ©taire, doit informer les Camerounais sur ce qui se passe et montrer aux Camerounais ce qui a Ă©tĂ© fait dans le cadre de ce septennat, celui des Grandes rĂ©alisations qui va s’achever l’annĂ©e prochaine. Pour cela, tout le monde doit se mettre au travail”, a dĂ©clarĂ© Joseph Le, dans le quotidien gouvernemental Cameroon Tribune, ce vendredi 18 aoĂ»t.

La Sopecam, qui est une société à capital public ayant pour unique actionnaire l’Etat, le jeudi 17 août la 29e session extraordinaire de son Conseil d’administration.

Le propos de Joseph Le traduit une certaine consonance avec la déclaration faite par l’actuel directeur général du service de radiodiffusion public (CRTV), Charles Ndongo, à Kribi, le 16 septembre 2016.


“De même que le RDPC [parti au pouvoir, NDLR) est le cheval de bataille du président de la République, de même, la Crtv est le tam-tam du chef de l’Etat”, avait affirmé le DG lors d’une cérémonie organisée à la place des fêtes de Kribi en l’honneur de sa nomination à ce poste, ainsi que de celle du directeur général du Port autonome de Kribi, Patrice Melom.

En 2018, le Cameroun doit tenir en principe l’élection présidentielle, après celle de 2011; et-en principe- les élections sénatoriales, législatives et municipales après celles de 2013.

 

 

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut