Politique › Sécurité

Cameroun : Yaoundé comme un champ d’expérimentation des explosifs

Une explosion de plus d’une bombe artisanale à Yaoundé
Zone atteinte par l’explosion d’une bombe artisanale à Yaoundé-Mokolo

L’explosion d’une bombe artisanale au marché Mokolo de Yaoundé samedi 02 juillet 2022 vient rappeler la série de détonations survenue en 2020.

Attention ! Des explosions de bombes artisanales sont de retour dans la capitale politique du Cameroun. Après la série de 2020, voici qu’une détonation se produit au marché Mokolo samedi 02 juillet 2022. Soit près de deux ans après celle du 14 août 2020 survenue dans un bar non loin du même marché, situé dans le deuxième arrondissement de la ville. Aucune perte en vie humaine n’a été enregistrée. Mais l’engin explosif a fait au moins deux blessés.

Après près de deux années d’accalmie, cette explosion vient s’ajouter à la liste des déflagrations survenues au siège des institutions de la République ces deux dernières années. Outre celle du 14 août 2020 qui a fait au moins cinq blessés entraînant des pertes matérielles, de nombreuses autres explosions ont été enregistrées dans la ville.

Le 30 avril 2020 par exemple, le marché Mokolo a été le théâtre d’une autre explosion de bombe artisanale, faisant de blessés. Le 31 juillet, un engin explosif a été découvert dans un sac à dos au quartier Nsimeyong. Le 02 octobre, c’est au lieu-dit Colombia au quartier Nsam qu’une bombe artisanale a explosé. Les quartiers Emana, Melen, Damas, n’ont pas échappé à la cette série.

Au regard de cette succession de détonations et de découvertes, la psychose s’est emparée des habitants, au point de les rendre plus attentifs aux colis. C’est ainsi qu’au ministère de la Fonction publique et de la Réforme administrative, un colis suspect a été retrouvé. La découverte d’une pompe à insuline emballée dans l’enceinte du bâtiment administratif, a laissé croire que c’était une bombe artisanale le 17 août 2020.

Par ailleurs, plusieurs interrogations surgissent au sein de l’opinion. Il s’agit par exemple de celle de savoir ce que cachent ces explosifs. Pour certains ils apparaissent comme une phase d’expérimentation d’un projet non révélé et dont la réalisation se prépare encore. Ledit projet profiterait des crises sécuritaires dans le Nord-Ouest, le Sud-Ouest ainsi que des incursions de Boko Haram dans l’Extrême-Nord.

La persistance de ces crises serait à l’origine de la circulation de certaines armes et de l’infiltration de certains individus aux intentions perverses. A titre d’illustration, dans l’après-midi du mercredi 1er juin, la brigade commerciale de Banyo a mis la main sur un colis suspect à l’entrée de Boudjoumkoura dans la région de l’Adamaoua. 45 tubes d’aluminium destinés à la fabrication d’engins explosifs ont été saisis.

L’explosion du 02 juillet 2022 survient au moment où le Délégué général à la sûreté nationale a signalé les intentions des séparatistes anglophones. Leur volonté d’accentuer des actes terroristes dans les régions limitrophes du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, et de les étendre dans des agglomérations pour venger les leurs. S’adressant à ses collaborateurs régionaux, le patron de la police a demandé de prendre des mesures appropriées pour faire échec à ces opérations en vue.


L’Info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé