Sport › Football

Can 2019 : la Fecafoot répond au président de la Caf

Tombi A Roko a signé un communiqué adressé à Ahmad Ahmad suite aux propos qu’il a tenu lors de son récent passage au Burkina Faso.

La Fecafoot a répondu ce jour aux propos du président de la Caf, Ahmad Ahmad, qui a affirmé ce week-end qu’«en l’état actuel des choses, aucun site au Cameroun n’est en mesure d’accueillir la Coupe d’Afrique des Nations de football». Des déclarations qui ont fait le tour des médias du continent, et que la Fecafoot juge inexacts et non « conformes à la réalité », dans un communiqué publié ce lundi et signé de Tombi A Roko.

La Fecafoot se dit en effet vivement préoccupée par le fait que ces propos soient tenus avant même que la première mission d’inspection de la Caf, prévue du 20 au 28 août 2017, n’ait effectué le déplacement du Cameroun. Pour l’instance du football camerounais, « on serait en droit de s’interroger sur l’opportunité même de cette visite d’inspection dès lors que les résultats semblent déjà arrêtés au niveau le plus élevé de la Caf. »

Le communiqué ne s’arrête pourtant par-là, et donne une lithanie d’arguments pour montrer au président de la Caf qu’il s’est trompé dans ses déclarations. « Le Cameroun vient d’organiser, avec un succès indéniable, la Coupe d’Afrique des Nations féminine 2016. Cette compétition s’est déroulée sans la moindre anicroche sur les sites de Yaoundé-Mfandena et de Buéa/Limbé, lesquels ont également été retenus pour abriter la CAN masculine 2019. Faut-il le rappeler, l’excellente organisation de cette CAN féminine, a valu au Cameroun, outre une lettre de félicitations de la CAF, le prix « Coup de Cœur du Jury » décerné en avril 2017 à Cannes lors des Heavent Awards, cérémonie qui récompense les meilleures prestations événementielles à travers le monde. »

La Fecafoot hausse le ton et monte au créneau dans la suite de son communiqué en relevant des irrégularités dans les actions entreprises par la Caf depuis l’arrivée du nouveau président. Il s’agit notamment du fait que les récentes reformes opérées dans l’organisation de la Can, s’appliquent immédiatement pour l’édition 2019. Ce qui « équivaut à un changement des règles du jeu en cours de match ». Elle ajoute qu' »à titre d’exemple, la décision du Conseil de la FIFA de changer le format de la Coupe du Monde, passant de 32 à 48 équipes, ne s’appliquera ni à la Russie en 2018, ni au Qatar en 2022″.

D’autre part, la Fecafoot questionne les raisons du changement unilatéral de la date de la première mission d’inspection de la CAF, passant de septembre à août 2017, sans préavis, ainsi que le fait qu’une « campagne d’intoxication et de désinformation » soit engagée pour dire que le Cameroun ne sera pas prêt en dépit des efforts déployés sur le terrain et des assurances du gouvernement camerounais.

Des mots forts et surtout une tonalité inédite, jamais utilisée par le Cameroun contre la Caf. Signe qu’à Yaoundé, on est visiblement fatigué des piques que le président Ahmad Ahmad ne cesse d’envoyer à l’endroit du pays organisateur de la Can 2019. En conclusion, le président de la Fecafoot « réaffirme solennellement que le Cameroun sera prêt pour l’organisation de la CAN 2019. » Elle entend à cet égard tout mettre en œuvre, de concert avec la CAF, pour l’organisation sereine de cette grande et belle fête du football africain qui se déroulera en 2019 au Cameroun.



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé