Société › Société

Carte de Presse au Cameroun: 51 nouveaux dossiers validés

Alors que certains journalistes continuent à traîner la patte, la liste des titulaires de la carte de Presse ne cesse de s’allonger

La commission de validation de la carte de Presse pour le compte de l’année 2009 a siégé le 20 février dernier. Au cours des travaux présidés par Richard Ekoka Sam Ewande, le président de la dite commission, les différents membres ont rejeté quatre dossiers des 54 examinés par celle-ci. Rejet dû au dossier incomplet, et à l’ancienneté insuffisante.

Les dossiers reçus par la commission viennent de 21 organes de Presse. Notamment Le Jeune Reporter, un pour chacun des organes de Presse suivants: Sccad, New Tv, Dikalo, Pile ou face. Le Combattant Procès International, Université de Yaoundé I, le Jeune Enquêteur, Camtel, le Diplomate, Télé-Clair, l’Evènement. Deux pour chacun des organes de Presse, Crises et Solutions, l’Anecdote, Le Pèlerin, Le Réveil Hebdo, Reporters Photographe free lance, la Crtv. Trois dossiers pour Génération Libre, quatre pour Radio Reine et Ariane Tv, cinq pour la voix du Paysan, et neuf pour Macacos.

Contrairement à la dernière session de la commission de la carte de presse où l’on avait dénombré à peine une vingtaine de dossiers, la session du vendredi 20 février 2009, a connu un engouement assez considérable des organes de presse. Nul doute que la prochaine visite du Pape Benoît XVI au Cameroun y est pour quelque chose. Au-delà de la volonté affichée des organes de Presse à couvrir la première visite du souverain Pontife en terre Africaine, Il faut noter que les difficultés que rencontrent les journalistes sur le terrain, notamment pendant la collecte des informations dans les administrations publics est un facteur explicatif de ce branle-bas. Surtout que depuis quelques temps, le ministère de la Communication mène la vie dure aux journalistes ne disposant pas d’une carte de presse. Ces derniers sont systématiquement exclus de tous les évènements et manifestations organisées par le gouvernement.

La traque est d’ailleurs loin de s’estomper. Jean Pierre Biyiti bi-Essam, le ministre de la Communication l’a réaffirmé aux hommes de médias la semaine dernière à Yaoundé. C’était au cours d’une rencontre relative à la prochaine visite du Pape Benoît XVI au Cameroun. Il a prédit des jours sombres à ces journalistes qui exercent l’activité dans l’illégalité, surtout que selon les autorités, il est question à travers la carte de presse d’assainir un milieu infesté par des individus qui sont tout sauf des journalistes. Les journalistes du Hilton à Yaoundé et ceux de la rue Mermoz à Douala sont donc en passe d’être rayés de la carte médiatique camerounaise.

Ces derniers ont quant même un sursis. Ce d’autant plus que, pour permettre à un maximum de journalistes de couvrir dans les prochains jours les grands évènements tels que la visite du Pape, une session extraordinaire de la commission se tiendra le 5 mars prochain à son siège, sis à l’ex-immeuble Camnews à Yaoundé.

Siège de Mutations
journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut