Société › Télécoms

CEMAC : le Camerounais appelle facilement en France qu’au Gabon

Le coût moyen d’un appel en itinérance entre deux pays d’Afrique central reste de 689 FCFA la minute. La réforme annoncée en 2020 n’a toujours pas aboutie

Les citoyens des six pays de la CEMAC doivent encore attendre pour se voir un jour, effectuer un appel de la RCA vers le Tchad par exemple,  au même coût qu’un appel interne. L’itinérance régionale qui est la possibilité pour un abonné d’une société de téléphonie mobile basée dans un pays donné d’utiliser la même carte SIM et le même numéro dans les autres pays, en accédant aisément aux infrastructures de télécommunications des autres sociétés non établies dans le pays de résidence de l’utilisateur, tarde à être appliquée.

Pourtant, le comité de pilotage du Programme des réformes économiques et financières (Pref) de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale avait posé les jalons de cette réforme. C’était le 3 octobre 2019 à Yaoundé lors de sa 2e session extraordinaire. Avec la participation des ministères des ministères techniques, des experts des sociétés de téléphonie mobile, des agences de régulation et des organisations sous régionales engagées dans le processus d’intégration physique, commerciale et d’accélération des réformes structurelles.

Il avait été décidé la suppression des frais d’itinérance téléphonique au plus tard en début janvier 2020. Ce qui n’est pas effectif à ce jour. En Afrique centrale, le coût moyen d’un appel sortant en itinérance continue de coûter 689 FCFA la minute, soit plus d’un Euro avec un extrême à 6 000 FCFA, soit près de 10 Euros. Une situation qui contribue à freiner l’intégration dans la sous-région.

Communiquer vers l’Europe est plus aisée que vers les pays voisins avec qui les chefs d’Etats recommandent l’intensification des échanges.


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé