› Eco et Business

Cemac: Près de 3.000 milliards FCFA de baisse des recettes pétrolières en 2015

Conséquence de la chute des cours du pétrole, les soldes budgétaires des pays membres de la Cemac continueront de se creuser en 2015

Conséquence de la chute des cours du pétrole, les soldes budgétaires des pays membres de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) continueront de se creuser en 2015, avec une baisse des recettes pétrolières projetée à près de 3.000 milliards de francs CFA (6 milliards de dollars), selon la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC).

A l’exception de la République centrafricaine (RCA), les économies de la CEMAC, composées en outre du Cameroun, du Congo, du Gabon, de la Guinée équatoriale et du Tchad, sont principalement dominées par l’exploitation pétrolière. Premier produit d’exportation, l’or noir représente en effet 35,6% du PIB sous- régional, 56,1% des recettes budgétaires et 69,1% des recettes d’ exportation, d’après les estimations.

Selon la BEAC, la chute des cours du pétrole fait peser sur ces économies le risque d’une dégradation du compte courant et d’un recul sensible des réserves de change. « En 2015, le solde du compte extérieur courant ressortirait fortement déficitaire, à -20, 0% du PIB, au lieu de -13,8 % initialement anticipé, et -10,0 % du PIB en 2014 », révèle Bertrand Besse Ngniah, cadre de cette banque centrale.

« Plus particulièrement, l’excédent du solde commercial de la Sous-région enregistrerait un recul sensible de quelque 75 % à 2 102,9 milliards en liaison avec l’effondrement des recettes d’exportations(-42 %) du fait essentiellement de la chute des cours du pétrole brut », a précisé l’économiste mardi à Yaoundé.

« la gestion des finances publiques des pays de la CEMAC laisserait apparaître des besoins de financements importants,qui atteindraient 925,7 milliards en 2015. Le bouclage de ces gaps de financements demeure un sujet de préoccupation majeure dans la CEMAC », a-t-il ajouté.

La couverture de ces besoins de financement des finances publiques devrait se traduire par une accélération de l’endettement public en général, et de l’endettement public intérieur en particulier, compte tenu de l’engouement que connaissent actuellement les émissions obligataires. « Le taux d’ endettement public extérieur passerait ainsi de 17 % du PIB en 2014 à 23 % du PIB en 2015 », a-t-il dit.

Une forte détérioration des soldes budgétaires, base engagement hors dons, de -6,3% est aussi annoncée, contre -0,7% en 2014, une analyse qui suppose une baisse des recettes pétrolières de près de 3.000 milliards de francs CFA (6 milliards de dollars), représentant -7,1% du PIB et -44% en variation annuelle comparativement à 2014, de l’avis de M. Besse Ngniah.

Ce contexte économique difficile couplé à des tensions sécuritaires dues à la crise en RCA puis à la menace Boko Haram auCameroun et au Tchad a amené la BEAC à abaisser de 5% à 4,2% ses prévisions de croissance pour 2015, après les estimations de 4,4% en 2014.

Le siège de la BEAC, à Yaoundé
freewheely.com)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé