Opinions › Tribune

Centrafrique: Le premier président centrafricain, le défunt Baganda est un vrai homme politique

Par Simon Koitoua

Barthelemy Boganda est un vrai homme politique, au sens noble du terme, parce qu’il se soucie d’abord de ses concitoyens (les cinq verbes) avant de défendre ses intérêts personnels.
Hors l’homme fort de Bangui considéré et soutenue par la seleka a sombre le pays dans une violence interminable, la Centrafrique vit dans l’anarchie totale il serait souhaitable et pour préserver la cohésion sociale que le patron de cette horde aurait pu démissionner car son incompétence, incapacité et l’impopularité est notoire. Il serait probable qu’il brique la magistrature suprême de l’Etat en 2015 selon son entourage qui a requis un strict anonymat. Et sa Candidature gênait plus qu’elle n’apportait de plus-value. Il a peur de se trouver en Hollande à l’Haye pour rendre compte de ses actes à la Cours Pénale Internationale étant donné qu’il est chef de cette barbare association dénommée seleka.

Nous connaissons bien la mentalité des chefs de guerre et leurs convictions ne cadraient pas avec la nécessité de l’intérêt du peuple, au risque de perdre le pouvoir. La vraie vérité est que le peuple dédaigne ce monsieur à cause des atrocités et des tueries commises et infligées aux Centrafricains. Le peuple Centrafricain tout entier n’oubliera jamais ce revers du chef de seleka, ce peuple a été humilié, maltraité et pris en otage par les mercenaires Tchado-Soudanais .Il a souffert donc trop c’est trop il est temps que le sanguinaire de Bangui part. Chacun pense être le meilleur et parfois, ce qui est plus grave, on préfère le chaos dans le pays afin d’en tirer profit par le rallonge de la durée de la transition on a tout compris le système.
Il avait une façon d’afficher sa sincérité, pour ne pas dire sa naïveté, qui donnait l’impression qu’il était trop pur pour entrer en politique, dans ce monde d’invectives, d’intérêts privés, de coups bas et d’insultes ne tenait jamais ses engagements c’est connu de tous. C’est un dirigeant de rébellion qui a mit la Centrafrique dans un gouffre aujourd’hui alors pourquoi ramènerait les chefs de guerres du Darfour en Centrafrique ? Il suffit de voir le faible nombre de responsables de sociétés civiles à l’Assemblée transitoire par rapport aux représentants de le nébuleuse seleka pour constater que les hommes de guerre n’ont ni la hargne pour le combat politique.

En homme politique responsable il devrait démissionner car son coup de force est échec total, qui a mit en avant son ‘intérêt personnel et de ces mentors au détriment de celle de sa population récompensée par le calvaire, les pillages ciblés chez les chrétiens et les tueries. Mais durant ces quelques mois, il a pu gouter à la réalité du pouvoir qui le mènera certainement, à une nouvelle réflexion pour vite partir. Notre prière est la libération totale de la Centrafrique des mains de seleka cette fameuse rébellion. A bientôt !

Simon Koitoua
www.journalducameroun.com)/n
A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut