› Eco et Business

Centrale à gaz de Kribi: Des points d’imprécision sur le projet

Présenté à la presse de la capitale camerounaise, les promoteurs et bailleurs de fonds du projet sont restés assez discret sur certains des ses aspects

Le coût de l’emprunt non divulgué
Les promoteurs et bailleurs de fonds du projet de construction de la Centrale thermique à gaz de Kribi dans le sud du Cameroun, sont restés discrets sur certains points de son opérationnalité. Le projet bénéficie du soutient financier des partenaires internationaux conduits par la Société Financière Internationale(SFI), et des partenaires locaux conduits pas la filiale camerounaise de la Standard Chartered Bank. L’un et l’autre des représentants des deux structures n’ont pas souhaité donner une réponse précise à la question de savoir le taux moyen des différents emprunts qui serviront à la finalisation du projet. Pour le représentant de la SFI la difficulté à apporter une réponse précise à cette question tient de la multiplicité des contrats des engagements que son organisation encadre. Il est difficile de dire comme cela, quel est le taux d’intérêt moyen des engagements financiers consentis sur ce projet et que nous coordonnons, il y a eu une multiplicité des contrats et les discussions ont été menées à chaque fois entre les parties, a fait savoir Henri Rabarijohn, le représentant pour le Cameroun de la SFI. Le succédant sur le sujet, le Manager Général de la Standard Chartered Bank n’a pas non plus partagé cette information. Ce qu’il faut savoir c’est que compte tenu de la solidité du projet, les discussions avec AES-SONEL ont été solides et nous avons été frappés par la volonté de l’entreprise de réduire au maximum ses coûts d’investissement. Ils nous ont presque mis la pression pour avoir un taux abordable a fait savoir Mathieu Mandeng. Chez AES SONEL, on précise simplement qu’un des objectifs dans les négociations financières, était de réduire au maximum le montant des investissements, sans rentrer dans les détails du coût des différents crédits contractés.

La répartition de la distribution non précisé
Autre zone d’imprécision, celle de la répartition finale de l’énergie qui sera produite dans la centrale. Officiellement, les responsables d’AES-SONEL font savoir que le développement de la Centrale à gaz de Kribi, devrait pouvoir permettre de faire face à la forte demande locale en énergie et contribuer de manière significative au développement du Cameroun. Une position que partagent de nombreux experts. Toutefois, contrairement au discours officiel, le projet de Kribi pourrait ne pas vraiment constituer une réponse au déficit d’énergie que connait le Cameroun. L’énergie produite sera en concurrence avec l’exigence d’une part de satisfaire la demande de l’entreprise ALUCAM dont la volonté d’extension de production devrait nécessiter jusqu’à 500 mégawatts d’énergie, et d’autre part, l’exigence gouvernementale d’apporter des solutions d’offre énergétique à moindre coût à ses populations. Le président Afrique de AES a indiqué que cela ne constituait en aucun cas un problème. Nous n’avons pas de problème d’arbitrage dans la distribution de l’énergie. Dans les conditions normales nous devrions pouvoir satisfaire le marché. Pour l’extension de ses travaux, ALUCAM a aussi prévu de mettre sur pieds certaines infrastructures, la construction du barrage de Lom Pangar devrait aussi apporter une forte contribution à la production énergétique et puis la centrale de Kribi peut toujours renforcer sa production et la porter jusqu’à 330 mégawatts, en cas de besoins, a fait savoir jean David Bile. Fin 2009, AES/SONEL et ALUCAM ont passé un accord de fourniture d’énergie pour consolider le projet d’extension de la fabrication de l’aluminium. Quand au projet Lom Pangar, les experts doutent qu’il soit opérationnel avant les cinq prochaines années. En attendant, le taux d’accès à l’énergie au Cameroun reste encore très bas à l’image de celui de plusieurs pays d’Afrique subsaharienne. Il y a peu de chance que les choses changent à moyen terme. L’Etat du Cameroun est présent sur le projet avec 44% des investissements en fonds propres et garantie. Les experts de la consommation d’énergie, estiment qu’il serait juste dommage que les contribuables paient pour un investissement qui ne profitera pas au grand nombre

Les participant au projet de la centrale à gaz de Kribi
Journalducameroun.com)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top