› Eco et Business

Centrale hydroélectrique de Chollet: le Congo et le Cameroun relancent les discussions

Mardi à Brazzaville, un nouveau protocole d’accord qui prévoit l’adoption d’une nouvelle structure organisationnelle du comité inter-Etats de pilotage a été signé entre les deux pays

Les gouvernements congolais et camerounais viennent de relancer à Brazzaville au Congo les discussions autour de la centrale hydroélectrique de Chollet pour la production de 600 MW, rapporte mardi, 11 octobre 2016, la radio publique nationale.

Cette réunion, co-présidée par le ministre congolais de l’Energie et de l’Hydraulique, Serge Blaise Zoniaba et son homologue camerounais, Dr Basile Atangana kouna, a permis de relancer les discussions sur l’implantation et la mise en uvre commune du projet Chollet et des lignes électriques associées.

« Les travaux ont essentiellement porté sur le mode de financement, l’organigramme de la direction du projet et l’état d’avancement des travaux de la construction des locaux de la direction du projet », précisent les deux parties.

A l’issue de cette réunion bilatérale un nouveau protocole d’accord a été signé. Celui-ci prévoit l’adoption d’une nouvelle structure organisationnelle du comité inter-Etats de pilotage qui réduit à 8 au lieu de 11, le nombre des membres du comité, l’installation d’un directeur du projet au plus tard le 30 novembre 2016, le recrutement des experts, ainsi que l’approbation d’un budget.

En outre, « les parties s’engagent à faire de Chollet la fondation de l’interconnexion électrique entre les deux Etats et, éventuellement, avec d’autres pays voisins dans le cadre du Pôle énergétique d’Afrique centrale (PEAC) et à tout mettre en uvre pour accélérer sa réalisation », selon le communiqué final de la rencontre.

Selon le Dr Atangana Kouna, ce protocole d’accord a permis de franchir une étape importante dans la mise en place dudit projet.

« Lors de la réunion du comité de pilotage prévue au Cameroun, une nouvelle étape sera aussi franchie. C’est un grand projet voulu par les chefs d’Etat des deux pays, je souhaite que le Cameroun et le Congo servent de modèle de relations d’amitié et d’intégration dans la sous-région », a-t-il déclaré.

De son côté, M. Zoniaba a souligné que les cadres locaux des deux Etats consacrent la libéralisation du secteur de l’électricité et qu’il est judicieux d’envisager des constructions innovantes en matière de financement et de gestion des unités de production ainsi que des lignes de transferts associées.

Le ministre congolais de l’Energie et de l’Hydraulique a également rappelé que « le PEAC avait déjà eu à faire un plaidoyer en faveur de ce projet lors de la table ronde des bailleurs de fonds tenue en juin dernier à Brazzaville, sous l’égide de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) ».


Droits réservés)/n

Zapping CAN 2019
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé