Société › Société

Centres culturels étrangers au Cameroun, lieux de rencontre et d’échange

Ils permettent aux camerounais de découvrir des m urs des pays concernés tout en montrant ce qu’ils on eux mêmes de particulier

Centre culturel espagnol
Le centre culturel espagnol est crée en 1990 dans le but de «diffuser la culture espagnole et de former des jeunes à cette langue». Les différents aspects de ladite culture sont exposés sous forme d’ateliers lors d’une semaine culturelle organisée chaque année et à laquelle participent les nombreux clubs d’espagnol répartis dans les lycées, collèges et établissement universitaires. Les activités tournent autour de la poésie, la musique, la danse, le théâtre, l’histoire, entre autres. « Nous pensons atteindre nos objectifs travers ces activités mais aussi grâce au concours des différents centres d’apprentissage de la langue espagnole qui existe un peu partout au Cameroun » confie Khadjija Douieb Diaz, une responsable du centre. Le centre culturel espagnol (Cce), situé dans l’enceinte de l’Ambassade d’Espagne au quartier Bastos de Yaoundé forme environ 200 élèves par an dans le cadre des cours de langue. Les raisons du choix de ce centre par les jeunes camerounais varient. Pour certains, seul l’amour de la langue et de la culture hispanique justifie ce choix. La raison récurrente de l’adoption du centre culturel espagnol par de nombreux camerounais est l’espérance d’obtenir une bourse ou un visa facile pour continuer les études dans le pays du roi Juan Carlos. A travers le centre, gouvernement espagnol accorde des bourses aux enseignants dispense cette langue pour aller se perfectionner au royaume. Le Cce est équipé d’une bibliothèque et organise également des ateliers de formations en peinture et autres disciplines artistiques.

Institut Goethe
« L’institut Goethe de Yaoundé est le plus grand en Afrique subsaharienne en terme de formation linguistique ». Cette révélation de Marc-André Schmachtel, un responsable de l’institut, montre la place non négligeable qu’occupe l’institut Goethe de Yaoundé dans le vaste réseau des 128 instituts localisés dans 70 pays dont 13 en Allemagne. L’institut implanté au quartier Bastos de Yaoundé forme environ 450 élèves par trimestre à la langue de Goethe. La section linguistique propose des cours d’allemand, un programme d’examens (quelques 800 élèves inscrits présentent un examen officiel par an) et un autre d’activités extra scolaires. « Apprendre l’allemand, vivre la culture ». Ce slogan de l’institut Goethe de Yaoundé est indicateur de ses missions et activités. Il se donne pour objectif de « promouvoir la langue allemande, d’encourager la coopération culturelle et intellectuelle, de même que d’informer sur les aspects de l’Allemagne contemporaine ». Dans le cadre de la coopération pour l’allemand (BKD), un appui pédagogique pour l’enseignement de la langue est proposé à des enseignants, formateurs, établissements scolaires et institutions camerounais, centrafricain et gabonais. A coté de la section linguistique, l’institut Goethe de Yaoundé s’investit, depuis 45 ans dans la « professionnalisation d’artistes camerounais ». L’Institut forme des artistes qui devront, à leur tour, former d’autres. Il se veut un espace de rencontre entre les cultures camerounaise et allemande dans le but de « susciter un intérêt pour leur histoire commune en remettant ladite histoire à sa place ». Plusieurs ateliers sont ainsi constitués dans « les domaines du chant, de la musique oral, du cinéma et de la chorale ». Un film club est aussi organisé depuis février 2008.

Centre culturel Français de Yaoundé
Situé en plein c ur de la capitale politique du Cameroun, au lieu dit 140 avenue du président Ahmadou Ahidjo, le Centre Culturel Français (Ccf) François Villon a ouvert ses portes en 1962. Le Ccf offre plusieurs services : Un Espace Campus France très visité par les jeunes camerounais et qui offre des informations sur les possibilités d’études en France, une importante bibliothèque et médiathèque qui offrent des ouvrages et journaux camerounais, français et multiculturels. Le Ccf dispose aussi d’une salle de spectacle qui abrite plusieurs spectacles culturels. Un cybercafé avec connexion haut débit est aussi mise à la disposition du public qui s’y aventure. La Cafétéria ouverte du Lundi à Samedi à partir de 9 heures propose aux visiteurs des mets variés qu’ils peuvent consommer dans un cadre reposant et agréable.

Les missions du Ccf sont diverses. Elles ont beaucoup évolué. Avant, il s’agissait de communiquer la culture française aux camerounais. Aujourd’hui, le centre est un cadre d’échange entre les cultures française et camerounaise. Elles visent principalement à faire émerger une culture de qualité pour une diffusion aussi bien au Cameroun qu’en France. Le Centre vise également à favoriser les échanges artistiques, culturels et les rencontres entre les hommes de culture du Cameroun et de l’hexagone. Le Ccf s’emploie aussi à autonomiser les projets présentés par les camerounais dans le domaine de la culture à travers des appuis techniques et financiers. Le Centre se positionne aussi comme un pourvoyeur d’emplois. Il a permis à certains camerounais de trouver du travail. Une vingtaine de camerounais y travaillent nous a-t-on appris à la Direction générale. On les retrouve comme agents de sécurité, d’accueil, d’entretien, secrétaires, bibliothécaires.
Les adhérents de l’Institut Goethe peuvent avoir accès à certains services offerts par le Ccf. « L’Institut Goethe a déposé une partie de ses fonds ici » nous a-t-on fait savoir à la direction, pour justifier cette coopération entre les deux centre culturels.
Outre le Centre culturel Français de Yaoundé, d’autres espaces culturels de la France au Cameroun existent. C’est le cas du Centre Culturel Français Blaise Cendrars de Douala et des Alliances franco-camerounaises dont celles de Ngaoundéré et de Garoua.



L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé