Opinions › Tribune

Ces manoeuvres autour de la gestion des terminaux à conteneurs du Port en eau profonde de Kribi

Par Shanda Tonme, Commission indépendante contre la corruption et la discrimination

Déclaration relative à l’attribution des contrats d’exploitation et de développement des terminaux à conteneurs et polyvalents au Port en eau profonde de Kribi

La Commission indépendante contre la corruption et la discrimination constate, qu’en dépit d’une conjoncture extrêmement difficile ainsi que la survenance de nombreux problèmes imprévus, l’un des projets les plus ambitieux et les plus marquants de la politique des grandes réalisations, en l’occurrence le complexe industrialo-portuaire de Kribi, est aujourd’hui une réalité concrète.

La Commission se félicite de cette impressionnante réalisation, félicite le Chef de l’Etat et son Gouvernement, et félicite tout particulièrement le Président du Comité de pilotage du projet.

La Commission constate avec douleur, colère et amertume, que des groupes organisés en réseaux divers, dont la plupart agissent dans l’ombre en usant des méthodes dignes des pires mafias et des pires entreprises de corruption, ont engagé depuis quelques temps, une véritable bataille médiatique destinée à obtenir, par tous les moyens, l’attribution de la gestion des terminaux. Cette bataille est faite de pressions, d’insinuations, de menaces voire de diffamations et de vexations en tout genre.

La Commission proteste ardemment contre ces méthodes, et dénonce les auteurs avec vigueur et détermination.

La Commission rappelle, s’agissant des accès portuaires du pays, que le port de Douala subit déjà aujourd’hui, les conséquences de choix passés teintés de légèreté, de corruption et de favoritisme. Toute l’économie du pays en souffre d’une façon cruelle et indescriptible.
La Commission exhorte les décideurs, à ne pas répéter les erreurs commises au port de Douala, et à privilégier absolument la transparence, la compétence, et l’expertise. Seule la voix des intérêts nationaux réels et effectifs du pays devrait être prépondérante.

La Commission rappelle sans détour, que le meilleur choix, selon tous les indicateurs des experts, demeure le premier choix, c’est-à-dire le choix effectué lors du premier dépouillement qui avait consacré le triomphe l’opérateur suédois APM TERMINAL.

Le dossier présenté par cet opérateur est, de tous les points de vue, le plus solide, le plus attrayant et le mieux élaboré aussi bien financièrement, techniquement, qu’humainement.

La Commission ne souscrit ni à un choix qui confierait au Groupe Bolloré un monopole mortel sur l’ensemble des opérations portuaires du pays, et le mettrait ainsi en position de dominer entièrement l’économie du pays en contrôlant des pans stratégiques absolus, ni à un choix de xénophobie et de nationalisme aveugle et malicieux, qui permettrait à quelques apprentis sorciers, de s’infiltrer dans le secteur. Il faut éviter un opérateur ou un groupement ponctuel d’opérateurs, qui se révélera incompétent, brouillon et chancelant. Nous disons non au schéma de simulacres de nationaux qui finissent par sous-traiter à des comparses étrangers inconnus, inexpérimentés, et mafieux. Les expériences dans le domaine des constructions des routes, pour ne citer que cet exemple, montrent que les nationaux ne sont pas encore prêts.

La Commission milite objectivement pour des solutions nouvelles avec des partenaires nouveaux, des partenaires non traditionnels avec lesquels ou par lesquels, le Cameroun pourrait avantageusement et opportunément se développer plus vite, mieux, et solidement avec une forte incidence en matière de transfert de technologie, de formation des nationaux, de partage des retombées effectifs, et de recadrage des termes de référence de ses intérêts nationaux.

La Commission exhorte le Chef de l’Etat à rester ferme, et à maintenir solidement le cap des intérêts nationaux face à toutes les pressions, menaces et chantages. Pour cela, le soutien des acteurs sociaux, politiques, économiques et confessionnels majeurs ne devrait pas lui faire défaut.

La Commission met solennellement en garde, les leaders d’opinion, responsables politiques, promoteurs des médias, journalistes et autres, qui se laisseraient embarquer dans des réseaux friands de contrôle et de destruction de nos intérêts nationaux, à travers l’accaparement illégitime de la gestion des terminaux du Port de Kribi. Ceux qui se laissent corrompre de façon active ou passive, rendront inévitablement compte à l’inéluctable tribunal de l’histoire./.

Fait à Yaoundé, le 16 Avril 2015.


Droits réservés)/n



A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé