Sport › Football

Championnat camerounais : sans sponsors, les clubs se meurent

La grève des clubs, un danger pour la participation au Chan 2020 (2)

Après le retrait de la société de téléphonie mobile MTN et  le désengagement de l’Etat, les clubs de football peinent à sortir de l’ornière. Ceci, à quatre mois du coup d’envoi du Chan que le pays doit organiser. 

Pas d’argent, pas de championnat, les présidents de clubs sont formels là-dessus. C’est que, le model de professionnalisme en vigueur au Cameroun fait des clubs de football des entreprises dépendantes des subventions de l’Etat. Un Etat enchaîné depuis quelques par plusieurs contraintes. La guerre contre le terrorisme à l’Extrême-Nord, les violences dans les deux régions anglophones du pays, et la chute du prix du pétrole sur le marché international, assènent de sérieux coups à ses caisses. S’en suivent : des retards de paiements ou l’annulation de certaines poches de dépenses jugées moins opportunes. 

Le sort des clubs camerounais reste pour le moment inconnu. Eux qui réclament la dotation financière de la saison 2019 – 2020.  Les présidents de ces formations font savoir que toutes leurs tentatives de rencontrer le Premier ministre à l’effet d’y voir clair  ont été vaines. Ce qui laisse croire que l’Etat aurait suspendu sa dotation pour le paiement des salaires des footballeurs. La décision de suspendre leur participation de toutes les compétitions au terme de la phase aller vise donc à faire davantage pression sur le gouvernement. 

Côté fédération, l’on semble avoir jeté toutes armes dans la bataille avec les subventions remises aux clubs en début de saison. La Fécafoot a sur sa table aujourd’hui les lettres de boycott des championnats d’élite masculin et féminin. Son président Seidou Mbombo Njoya a récemment rappelé que la fédération est endettée pour près d’un milliard de FCFA. Les travaux du nouveau siège sont pour l’instant à l’arrêt. L’instance faîtière peine à trouver un sponsor pour ses championnats d’élite. Elle compte également sur l’appui du gouvernement pour sauver ses compétitions. « Nous sommes conscients que les clubs font beaucoup d’efforts pour jouer ce championnat, nous avons également au niveau de la fédération apporté notre contribution pour participer à ces efforts-là. Nous continuons à rechercher des partenaires économiques qui vont nous accompagner », a affirmé Alim Konaté, le Vice-président de la Fécafoot, à nos confrères du magazine Lion Indomptable. 



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé