Culture › Musique

Chantal Ayissi: La chanteuse camerounaise présente « Miroirs »

Elle nous parle de son album, Invités surprises, coup de coeur et coups de gueule…

Quelle est l’actualité de votre album?
L’album est sorti depuis avril dernier, j’ai commencé la promo au Cameroun, j’ai déjà tourné trois clips, nous sommes en train de préparer les prochains.

Pourquoi ce titre, Miroirs?
Cet album parle de la femme , Miroirs , parce qu’elle est le reflet du monde. Quand on regarde le monde, sans les femmes on ne peut pas avancer. Elles représentent beaucoup, sont très intelligentes et sont les piliers des foyers car elles apportent beaucoup de chaleur . Ce sont des gérantes. et on constate que dans ce monde, il y a des femmes puissantes et des femmes de pouvoir. Elles sont également dans l’ombre de chaque grand homme.

Quand on vous voit danser ou chanter, notamment dans le clip de « la poule aux ufs d’or » avec Annie Anzouer, on constate une espèce d’assagissement, comme si vous maîtrisez mieux votre voix et votre corps. Est-ce que vous le ressentez?
C’est difficile de répondre parce qu’on ne se voit pas soi-même donc, on ne peut pas se juger. Ce sont les autres qui doivent nous dire ce genre de choses , ces choses qui me vont me droit au c ur et me donnent la force de continuer. Je continue mon chemin et pour moi, je ne suis même pas encore au milieu du tunnel. C’est pourquoi je travaille toujours très dur.

Mais au fil des années, est ce que vous ressentez une espèce de maturité professionnelle, une évolution dans votre style?
Je commence à avoir confiance mais je refuse de me contenter de ressentir parce que c’est une attitude de faiblards. Nous sommes appelés à apprendre et rester humble tout au long de notre vie. James BROWN est mort récemment tout comme Myriam Makeba ,mais tous deux étaient sur le podium jusqu’au bout . Il faut continuer sans se dire « je suis arrivée » parce que quand on commence à se donner des ailes, c’est qu’il y a un truc qui ne va plus. Je commencerai à ressentir la maturité quand j’entendrais le monde parler de moi, et pas seulement Yaoundé. Je veux rester dans l’histoire de la culture camerounaise et représenter le Cameroun dans le monde.

Dans cet album on constate la présence de nombreux artistes comme Annie Anzouer, Jacky Kingue, Douleur, Nicole Mara j’en oublie d’autres. Parlez nous de ces contributions. Comment vous en êtes arrivés là?
Je suis une femme qui aime réunir les gens. Je respecte les gens et j’aime rassembler. Je vois le Cameroun comme une nation, je ne connais pas les différences tribales. Je suis considérée ici comme une artiste camerounaise et je suis fière de chanter avec n’importe quel artiste pour ressortir les talents de chez nous. Nous avons des artistes avec des talents artistiques inestimables, capables d’exporter les valeurs de notre pays dans le monde entier. Annie Anzouer a des compétences incroyables. J’ai beaucoup voyagé et je peux vous dire que notre pays est un grand pays, un magnifique pays de métissage où l’on retrouve toutes les cultures. Mais le ridicule prend le pas sur les vraies valeurs dans notre pays. Je suis une mère, je pense au pays que nous laisserons à nos enfants. Ma mère est ma première fan. Elle nous a appris à respecter les autres et à savoir se tenir. Je ne dis pas que je suis « . . » mais il s’agit de nous tous. Nous devons respecter et redresser notre pays nous même. Quand on n’apprend pas à un enfant à dire bonjour, il ne le ferra pas. Aimons nous les uns les autres .Aimons notre pays parce qu’on le représente . Si je suis mal vu c’est une mauvaise image pour le Cameroun, si on m’insulte c’est la honte du Cameroun .Les autres pays voisins protègent eux leurs représentants . Anne marie NZIE, Grace DECCA, Koko ATEBA m’ont fait rêver. Sur Internet, je vois comment on insulte Grace DECCA, c’est malheureux, tout ça parce qu’on est mélangés avec des gens qui vivent dans la facilité,des individus qui ne respectent pas leur pays, c’est révoltant. Insulter quelqu’un de chez soi comme Grace Decca l’a récemment été , c’est insulter ses propres couleurs. Mais ceux ci n’auront jamais ce que Grace Decca a. Quand quelqu’un te dépasse tu dois porter son sac. Nous avons beaucoup de talents, il faut les réunir pour faire prospérer le pays. Annie Anzouer peut faire des choses formidables, Jacky Kingue, Douleur. des génies qui ne sont pas valorisés et reconnus à leur juste valeur. J’ai fais appel à ces gens parce que je les aime et je les respecte. Je connais leur valeur.

Est-ce cette quête d’unité qui vous a poussé à chanter dans les différentes langues du pays?
Je suis camerounaise. J’ai une formation du ballet national dans lequel on représentait le Cameroun, on dansait toutes les danses du Cameroun. Je suis libre de chanter dans n’importe quelle langue. Quand je peux, je travaille et je le fais. Et je suis fière de porter les couleurs du pays. Je ne suis pas tribaliste.

On va terminer sur un sujet sensible, celui du traitement des artistes au Cameroun. Des artistes se sont plaints après le Fenac du traitement qu’ils ont reçu. et à coté, il y a le problème de la CMC, votre avis sur ces sujets.
Pour qu’on respecte les artistes au Cameroun, il faut quelqu’un qui a une forte personnalité, pour gérer la culture, qui aime l’art , qui respecte les artistes et qui peut valoriser notre diversité. On nous met des ministres qui se sentent supérieurs aux artistes. Ils invitent certains d’entre eux et n’assument pas. Je ne sais pas si c’est la ministre elle-même, mais j’ai reçu deux invitations pour l’anniversaire d’Anne Marie NZIE, sans suite. Des invitations signées par la ministre Ama TUTU MUNA, mais le contrat n’a jamais été signé. A ma grande surprise, des artistes étrangers ont été invités et ont bénéficié d’un meilleur traitement que les artistes Camerounais. A chaque fois c’est la même chose. Comment peut on emmener des artistes Camerounais faire le Playback avec un son médiocre en plein Paris dans une salle comme le Mogador? Le ballet national y était dirigé par des chinois, c’est la honte. On ridiculise les nôtres pour donner la valeur à autrui. Je suis déçue par cette ministre.
Pour la CMC, avec ces pirates qui ont envahi le terrain ,certains artistes deviennent également des pirates. Est-ce que nous savons ce que nous voulons? Il y a un flou que l’on ne maîtrise pas.
Par exemple un des premiers point que la ministre devait faire était de tout mettre en uvre pour arrêter la piraterie et protéger les auteurs compositeurs. Plutôt que d’utiliser l’argent pour organiser des événements en grande pompes avec des grands noms égoïstes qui n’accordent pas la place à la jeunesse. C’est n’importe quoi et je ne respecte pas ces phénomènes Mais je continue à travailler car les jeunes artistes représentent l’avenir du Cameroun.

Pour écouter quelques titres, Cliquez ici


Journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut