Société › Société

Chantal Biya à ses sympathisants: « Ne nous laissons pas distraire par la calomnie »

Chantal Biya, la première dame du Cameroun. (c) Droits réservés

Ce message a été twitté jeudi sur le compte officiel de la Première dame du Cameroun, quatre jours après la publication par Jeune Afrique d’une enquête sur son influence  au sommet de l’Etat.

Chantal Biya rompt avec ses habitudes sur le réseau social Twitter. Alors qu’elle y diffuse toujours des messages institutionnels, la Première dame a fait un tweet personnel jeudi qui a été immédiatement perçu comme une réponse au magazine panafricain Jeune Afrique.  « A tous ceux qui m’accompagnent dans mon action humanitaire, restons motivés et engagés. Ne nous laissons pas distraire par la  calomnie, le mensonge et la méchanceté ».

Jeune Afrique a consacré une série d’articles à la deuxième épouse du chef de l’Etat Paul Biya dans lesquels elle est présentée comme « Madame la présidente ». La femme qui tiendrait les rennes du pouvoir. Le magazine panafricain y relate comment Chantal Biya, très effacée, a su se ficeler un réseau d’influence solide.

Chantal Biya s’est bâtie une renommée dans le domaine des actions sociales au Cameroun. Son nom n’est lié à aucune entreprise tout comme elle n’entretient aucune fonction officielle dans le pays ; et même si la presse locale attribue de temps en temps des pouvoirs à la Première dame  – notamment en lien avec les remaniements et les concours officiels – de nombreux médias camerounais ont contesté, pour cette fois, les écrits de Jeune Afrique.

Le magazine a perçu de l’argent pour salir l’image de Chantal Biya, a-t-on lu dans quelques colonnes. L’administration de Jeune Afrique se défend pour sa part de n’avoir exploité que des faits connus.

 

 

 

 

Zapping CAN 2019
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé