Santé › Actualité

Choléra: Le mincom et l’Unicef organisent des projections sur le lavage des mains

Cette campagne va se déployer à travers les régions de l’Est, de l’Adamaoua, du Nord et de l’extrême nord

La caravane de projection des films éducatifs sur le lavage des mains vient de déposer ses valises dans les localités de Béka-Hosséré et de Tchabal Baouro dans la région de l’Adamaoua. Trois projections cinématographiques à vocation éducatives ont meublé chacune de ces escales. Des courts métrages dédiés respectivement au lavage des mains, à la prévention des maladies diarrhéiques ainsi qu’à l’assainissement total piloté par la communauté (Atpc). S’agissant de l’Atpc, il faut dire dans la perspective de l’atteinte des objectifs du millénaire pour le développement (Omd), en s’appuyant sur les données de l’Unicef, que «seuls 31,7 % des ménages au Cameroun ont accès à un système d’assainissement amélioré». Le gouvernement dans la mise en uvre du document de stratégie pour la croissance et l’emploi (Dsce) dont l’un des axes majeurs demeure l’amélioration des conditions de vie des populations, s’est engagé à porter ce taux à 60 % d’ici à l’horizon 2020.

Les raisons de ce vaste déploiement viennent tout simplement du fait que depuis quelques jours, le choléra fait à nouveau parler de lui dans le septentrion. Les chiffres qui sont on ne peut plus inquiétants, ont été enregistrés ces dernières heures dans les régions de l’extrême nord et du nord. Ce qui a poussé les autorités administratives et sanitaires de l’Adamaoua à tirer la sonnette d’alarme. Et c’est pour renforcer l’efficacité de cette communication, que le gouvernement à travers le ministère compétent en partenariat avec l’Unicef, a choisi l’option du cinéma numérique ambulant. Selon Charles Atangana Manda, sous directeur en charge des problèmes de communication pour le développement au Mincom , par ailleurs émissaire du ministre Issa Tchiroma Bakary pour superviser l’étape de Ngaoundéré, «cette approche innovante procède du souci du gouvernement à travers le ministère de la communication, de communiquer différemment avec les populations sur les pratiques familiales essentielles afin d’amener chaque famille à adopter les bonnes pratiques qui nécessairement contribuent à barrer la voie au choléra».

Cela passe nécessairement par la construction de près d’un million cent mille installations supplémentaires dont la moitié en milieu rural dans l’optique de réduire de manière drastique les maladies, notamment celles liées à l’eau ou à un environnement insalubre. Pour Bobbo Issa, Djaouro de Béka-Hosséré, «l’initiative est louable, surtout dans une localité où les gens ont des habitudes culturelles qui sont propices à la propagation des maladies. Toutefois nous souhaitons que le gouvernement continue de nous appuyer pour la construction des forages et des latrines». Cette caravane du cinéma numérique ambulant qui bénéficie du soutient technique et financier d’Unicef Cameroun, ambitionne de voir les populations des localités pilotes, adopter et respecter des règles d’hygiène alimentaire, corporelle et environnementale afin d’éviter les maladies, notamment le choléra qui a refait surface depuis quelques jours dans le septentrion.

Laver les mains, un geste important pour lutter contre le choléra


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé