› Eco et Business

Chômage des jeunes: Les solutions de Paul Biya diversement appréciées

Le président a invité les jeunes à s’intéresser à l’agriculture, et promis la création de 25 000 emplois

25 000 recrutements envisagés dans la fonction publique en 2011
Le discours du président Biya du Cameroun à la jeunesse continue d’animer les discussions. Un des points les plus discutés de son allocution reste celui de ses solutions face au problème du chômage. Une situation qui frappe de nombreux jeunes camerounais. Trois axes de solutions ont été présentés aux jeunes. Le premier axe concerne l’agriculture. Si notre agriculture se révèle capable de faire ce bond en avant, elle offrira une gamme importante d’emplois, allant des plus simples aux plus qualifiés. C’est la raison pour laquelle j’engage nos jeunes à ne pas se détourner du travail de la terre qui est garant de stabilité et d’épanouissement a-t-il dit. Il a ensuite annoncé l’engament des projets structurants, comme étant aussi une des solutions pour le recrutement de nombreux jeunes. Il a fait une annonce sur des recrutements directs cette année, dans la fonction publique. L’entrée en activité des grands projets structurants évoqués plus haut va générer de nombreux emplois. En attendant, j’ai instruit le Premier Ministre de procéder, cette année, à un recrutement spécial, dans la Fonction publique, de 25 000 jeunes diplômés a déclaré Paul Biya. Une annonce reprise par de nombreux médias publics qui en font un des points majeurs de la déclaration du président de la république. Selon de nombreux commentateurs proches du pouvoir, cela marque la preuve incontestable de l’intérêt du président de la république pour sa jeunesse. De nombreux observateurs restent cependant sceptiques sur cette annonce, et se montrent critiques. L’expérience des discours passés semble leur donner raison.

La politique du recrutement devra être indiquée pour éviter les dérives
En 2009, le président de la république avait annoncé la mise sur pied imminente d’un plan d’action pour l’emploi des jeunes, financé à hauteur de 160 milliards de FCFA. La structure était supposée débuter dans son fonctionnement la même année. 2 ans après, aucun bilan de mi-parcours n’est disponible. Sur l’ensemble des solutions proposées par le président Biya, il y a de manière évidente de réelles limites. 25 000 jeunes diplômés peuvent effectivement être recrutés, mais la portée réelle d’une telle action ne peut se mesurer que si on possède au final les chiffres réels de la fonction publique. Des chiffres qui présenteraient clairement les départs à la retraite, les invalidités, les doubles emplois et autres causes de sureffectifs. Si ces recrutements venaient à compenser ces situations, ce ne serait ni une action pertinente, ni exceptionnelle, parce qu’il n’y aura pas à proprement parler de création de richesse supplémentaire. Enfin, la catégorie de jeunes diplômés concernés n’a pas été spécifiée et fera l’objet à coup sûr de manipulations. Les autres secteurs évoqués par le président Biya comme générateurs d’emploi à moyen terme sont aussi très nuancés. Certes l’agriculture et l’ensemble des projets structurants sont fondamentalement créateurs d’emploi. Mais compte tenu de la réalité camerounaise, tout devient relatif. Si on prend l’exemple des projets structurants, déjà pour un bon nombre d’entre eux les dates de démarrage ne sont pas connues, on ne remarque pas une effervescence particulière d’embauche autour de ces projets et le système d’attribution des marchés aux PME associées reste très opaque. La stratégie d’emploi et de croissance tel qu’inscrit dans le DSCE, document cadre de l’économie camerounaise, prévoit des solutions dans un contexte de croissance portée à 5% pour la période 2010-2015. Or malgré la reprise le Cameroun atteindra difficilement les 3,8% de croissance escompté cette année.

Paul Biya a promis le recrutement de 25 000 jeunes en 2011 au Cameroun
Journalducameroun.com)/n



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé