› Eco et Business

Cimaf: Construire l’Afrique

Ciments d’Afrique entend apporter sa pierre à la coopération Sud-sud à travers des projets initiés dans divers pays du continent

Selon des informations puisées dans les organes de communication de Ciments d’Afrique (Cimaf), la réussite des projets de construction de deux cimenteries au Maroc et le développement du Groupe, ont poussé Anas Sefrioui le Président directeur général du groupe Addoha à élargir ses activités au niveau de l’Afrique. C’est dans ce contexte que Ciments de l’Afrique (CIMAF) a été créée en 2011. CIMAF est aujourd’hui présente dans 2 pays d’Afrique de l’Ouest : Côte d’Ivoire et Guinée Conakry. Dans chacun de ces pays, CIMAF a lancé la réalisation d’un centre de broyage d’une capacité de 500 000 tonnes par an. CIMAF a désormais pour objectif de se positionner dans au moins 2 autres pays. Afin de l’accompagner dans ces projets, CIMAF a opté pour un fournisseur européen de renommée internationale constituant ainsi un gage de respect des délais et de qualité des installations. L’ambition de CIMAF est d’être un opérateur reconnu dans un secteur stratégique pour le développement de l’Afrique et un acteur professionnel et compétitif, contribuant à la diversification de l’offre et au renforcement du tissu industriel continental.

L’Afrique un choix porteur
Dans le cadre de la convention d’investissement signée avec l’Etat du Maroc le 18 juillet 2007, Ciments de l’Atlas (CIMAT) a lancé la réalisation simultanée de deux cimenteries d’une capacité de 1,6 millions de tonnes de ciment par an chacune, dans les régions de Ben Ahmed et de Beni Mellal au Maroc. Les deux usines sont maintenant opérationnelles depuis respectivement avril 2010 et janvier 2011. Les deux cimenteries ont été réalisées selon les dernières technologies disponibles, permettant de respecter les standards nationaux et internationaux les plus exigeants, aussi bien en matière de process et d’économie d’énergie, qu’en matière de protection de l’environnement. L’installation de nouvelles cimenteries en Afrique s’inscrit à la fois dans la stratégie d’expansion du groupe, mais aussi dans la volonté de développer les partenariats sud-sud. Les avantages d’un projet de construction de cimenterie sont nombreux, parmi lesquels la satisfaction de la demande locale, le transfert de technologie, la baisse du prix de vente du ciment, la facilitation de l’accès au logement, la formation de la main d’ uvre locale et la création d’emploi. Fort de ces raisons la conquête de l’Afrique a été lancée, actuellement deux projets sont en cours : en Côte d’Ivoire on annonce le début de la production du ciment pour Juillet 2013. Il s’agit de la construction d’un centre de broyage d’une capacité de 500000 tonnes par an, situé dans la zone industrielle de Yopougon (15km du centre-ville d’Abidjan). A cela s’ajoutent deux zones de stockage dans le quartier de Vridi, situé à proximité du port d’Abidjan. En Guinée Conakry la production du ciment est prévue pour Septembre 2013, là-bas, le pays vit au rythme de la construction d’un centre de broyage situé dans la zone industrielle de Dubréka (40km du centre-ville de Conakry). A cela s’ajoute une zone de stockage de 3Ha dans le port de Conakry. Notons aussi le projet Cameroun dont la pose de la 1ère pierre a eu lieu le 19 mai, on parle de la construction d’une cimenterie dotée d’une production annuelle estime à 500 000 tonnes par an, extensibles à 1 000 000 de tonnes.

Ciments d’Afrique entend apporter sa pierre à la coopération Sud-sud
Journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé