Société › Société

Cinq morts dans l’explosion d’une mine antipersonnel au Cameroun

L’explosion a eu lieu samedi 27 février 2016 à l’Extrême-Nord du pays, alors que ces victimes se rendaient dans la localité de Boungour

Cinq personnes ont été tuées samedi matin, 27 février 2016, suite à l’explosion d’une mine antipersonnel dans l’Extrême-Nord du Cameroun, survenue au passage de leur véhicule, a-t-on appris de sources communautaires.

L’incident a eu lieu alors que ces personnes, dont un chef de village, se rendaient à Boungour, localité située à environ 30 km de la ville de Makary, qu’ils avaient désertée depuis plusieurs mois pour fuir les violences commises par la secte islamiste nigériane Boko Haram, selon les mêmes sources.

Leur Peugeot 504 a sauté sur une mine antipersonnel.

L’engin a tué sur le coup deux passagers du véhicule, a renseigné l’une de ces sources.

« Les trois autres passagers, blessés grièvement, sont morts après avoir été transportés à l’hôpital », a-t-elle ajouté.

Depuis 2014, de tels drames causés par les mines antipersonnel posées par Boko Haram pour rendre impraticables les routes dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun sont monnaie courante.

Un nombre important de victimes ont été enregistré au sein des forces de défense et de sécurité camerounaises.


Droits réservés)/n


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé