Société › Société

Cinquantenaire de la réunification: Le Cameroun et le droit international en débat

Un colloque du cinquantenaire s’est ouvert ce jeudi à l’université de Ngaoundéré autour du thème le Cameroun et le droit international sous le patronage de Paul Biya

C’est du 2 au 3 mai 2013 que les spécialistes du droit international, les diplomates, les administrateurs, et les membres de la société civile auront à partager des idées autour de la thématique retenue pour la circonstance « le Cameroun et le droit international ». Ce colloque du cinquantenaire qui se tient à l’université de Ngaoundéré, est organisé par le comité national des cinquantenaires et l’université de Ngaoundéré sous le patronage du président de la république Paul Biya. L’événement rentre dans le contexte de la célébration le 20 mai prochain, des cinquante ans de la réunification du Cameroun, et aussi et surtout celui de la naissance du Cameroun même en question. Selon le Pr. Jean-Louis Atangana Amougou, doyen de la faculté des sciences juridiques et politiques de l’université de Ngaoundéré, « Le Cameroun est né de la manière assez particulière. C’est cette particularité que nous avons voulu interroger aujourd’hui ». Parmi une pluralité de thèmes choisis pour les échanges par le comité national des cinquantenaires, ces assises s’orientent sur la place du Cameroun dans le droit international. C’est ce qui justifie d’ailleurs la coordination de ce colloque par le Pr. Jean-Louis Atangana Amougou. Cette rencontre se propose de rassembler les juristes camerounais à Ngaoundéré cette année. Il s’agit d’une méthode instructive originale qui consiste à évaluer la place qu’occupe le droit international dans la diplomatie camerounaise.

A l’ouverture des travaux, l’ex-patron de la diplomatie camerounaise (1988-1992) Jacques-Roger BOOH BOOH, et ex-patron des Nations-Unies au Rwanda (UNAMIR), explique avec maestria les enjeux au Cameroun des conventions internationales relatives aux droits de l’Homme. A l’heure où la juridiction pénale internationale attire beaucoup de critiques, cet aspect n’a pas été écarté du débat. C’est l’objet de la communication du Pr. Adolphe Minkoa SHE axée sur le Cameroun et la justice pénale internationale alors que le Dr. Jean-Pierre FOGUI passe au crible les frontières camerounaises dans toutes ses mutations. Globalement, il est question de revisiter l’histoire du Cameroun et son rôle dans la marche du monde. De la juridiction internationale aux organismes de coopération internationale en passant par le conseil de sécurité des Nations-Unies, tous les angles sont passés en revue par les experts du droit international car, c’est sous le regard vigilant du droit international que le Cameroun fait ses premiers pas en tant qu’Etat. Quel type de relation l’ancien élève entretient-il avec son ancien maître ? Dans quelle logique se situe la gestion de la politique internationale camerounaise ? Quelle est la visibilité de la diplomatie camerounaise sur le plan de la juridiction internationale ? Voilà autant des questions auxquelles le colloque de Ngaoundéré entend apporter des réponses à la veille de la célébration du cinquantenaire de la réunification du Cameroun.

Cinquantenaire de la réunification: Le Cameroun et le droit international en débat

journalducameroun.com)/n

À LA UNE
Retour en haut