Société › Société

Clôture à Yaoundé de la réunion d’urgence des ministres de la CEEAC sur la lutte anti-Braconnage en Afrique centrale

La cérémonie de clôture, présidée par le Vice-premier Ministre camerounais Chargé des Relations avec les Assemblées, Amadou Ali a eu lieu ce samedi 23 Mars 2013.

Les rideaux se sont refermés ce samedi 23 mars 2013, sur la réunion d’urgence des ministres de la Communauté Economique des Etats d’Afrique Centrale (CEEAC), en charge de la défense et de la sécurité, des Relations Extérieures, de l’intégration régionale et de la protection de la Faune. Cette rencontre qui s’est ouverte le jeudi 21 mars 2013, était centrée sur la lutte Anti-Braconnage des éléphants en Afrique Centrale. Pendant deux jours, les participants ont tablé sur la question, dans le but de trouver des résolutions fortes pour la lutte anti-braconnage, surtout du massacre des éléphants qui prend de plus en plus de l’ampleur dans la sous-région Afrique centrale. Les travaux se sont achèves par une cérémonie de clôture, présidée par Amadou Ali, Vice-premier Ministre camerounais, Chargé des Relations avec les Assemblées. Dans son discours, le vice-premier ministre camerounais a tout d’abord remercié les ministres de CEEAC pour cette initiative avant de saluer l’apport des partenaires qui soutiennent cette action. « La rencontre d’aujourd’hui (Samedi, ndlr), rentre dans le cadre faut-il le rappeler, de la lutte anti braconnage (.) et il apparait urgent de procéder à la mise en uvre d’un plan d’urgence donc le but est de combattre les braconniers (.) la mise sur pied de ce plan d’urgence veut dire que des actions a moyens et long terme seront organisées », a précisé Amadou Ali qui a par la suite ouvert officiellement la journée de clôture des travaux.

Bien avant le discours d’ouverture du vice-premier ministre camerounais, on avait eu dans un premier temps une intervention de Patrick Mboma. Nouvellement nommé ambassadeur de bonne volonté de la CEEAC pour la lutte anti-braconnage, l’ancien lion indomptable dans son mot a reconnu qu’ « il s’agit d’une question d’urgence sensible pour laquelle je n’ai pas hésité à accepter d’apporter ma modeste contribution ». Ensuite le Lamido de Rey-Bouba dans son propos, a profité de l’occasion pour remercier les ministres de la CEEAC pour cette initiative qui « vient soulager nos inquiétudes, car le braconnage qui prend de plus en plus de l’ampleur dans notre localité nous inquiète et la grande mobilisation autour de cet évènement nous rassure ». Par la suite, on a droit aux déclarations des partenaires techniques de l’événement à savoir l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), le Fond mondial pour la nature (WWF), la Banque africaine de développement (BAD), la Banque mondiale et l’Union Européenne. Les corps diplomatiques donc l’ambassadeur des Etats Unies au Cameroun étaient également comptés parmi les personnalités présentes à cette rencontre. Dans sa déclaration, Robert P Jackson a rappelé que « le gouvernement américain continuera à accompagner la CEEAC dans cette lutte », avant d’ajouter « quand on parle de braconnage, on parle de sécurité nationale (.) les braconniers font du blanchiment d’argent, le trafique de l’ivoire et ils doivent être traduit en justice ». Bruno Gain, ambassadeur de France au Cameroun est allé dans le même sens. Le secrétaire général de la CEEAC, Roger Tchoungui qui a pris la parole après Bruno Gain a remercié tous les ministres de la CEEAC qui ont effectué le déplacement de Yaoundé et le gouvernement camerounais qui soutient fortement cette action.

Fin de la réunion des ministres de la CEEAC sur la lutte anti-braconnage
Journalducameroun.com/ photo Sylvestre Kamga)/n

Il est à noter que l’objectif de la rencontre de Yaoundé était l’adoption et la mise en uvre dans les brefs délais d’un plan d’urgence d’extrême urgence de lutte anti-braconnage (PEXULAB) dans la zone septentrionale de la sous région Afrique centrale. Ainsi, à la sortie de cette réunion d’urgence, les aspects techniques et un calendrier du PEXULAB ont été adoptés.

Quelques participants à la réunion d’urgence des ministres de la CEEAC
Journalducameroun.com/ photo Sylvestre Kamga)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut