Politique › Institutionnel

Le Cameroun ne s’oppose pas publiquement à la construction d’un mur à sa frontière avec la Guinée équatoriale

Le communiqué final des travaux menés à Yaoundé les 29 et 30 juin ne mentionne pas ce point. Les ministres de la Défense des deux pays promettent de “renforcer significativement” le partenariat dans le domaine de la défense, de la sécurité et des échanges transfrontaliers

 

C’était le point d’achoppement dans les relations entre la Guinée équatoriale et le Cameroun ces derniers mois: le projet de construction, par le voisin équato-guinéen, d’un mur et de miradors (tours de surveillance) à sa frontière – qui jouxte les localités de Kye-Ossi et Abang-Minko’o – avec son voisin; mais la diplomatie a réussi à éviter ce point dans le communiqué final des travaux qui se sont déroulés ces deux derniers jours à Yaoundé.

Les ministres de la Défense du Cameroun et de la Guinée équatoriale, réunis à Yaoundé du 29 au 30 juin, avec “des experts des deux pays”, ont discuté “essentiellement sur les modalités de collaboration et d’actions sécuritaires communes à la frontière entre les deux pays”, relève le document consulté par JournalduCameroun.com.

Ils se sont engagés à “renforcer significativement leur partenariat dans le domaine de la défense, de la sécurité et des échanges transfrontaliers”, peut-on lire dans ce communiqué conjoint.

Les deux personnalités ont aussi “résolu de dynamiser davantage les échanges dans les domaines de la formation, du renseignement et de la lutte contre la criminalité transfrontalière et les autres types de menaces”.

Sur cet aspect, pour rappel, les forces de défense et de sécurité camerounaises avaient réussi, fin décembre 2017, à prévenir un coup d’Etat en Guinée équatoriale, en partageant des renseignements et en interceptant un convoi de véhicules convoyant des mercenaires à Kye-Ossi. Cet incident, qui avait conduit à de nombreuses arrestations en Guinée équatoriale, avait amené les autorités de ce pays à reconsidérer le bien-fondé de la libre circulation entre les pays de la Cemac. Le projet de mur, officiellement pour des raisons de sécurité, était survenu après cette affaire.

La concertation organisée à Yaoundé ces deux derniers jours l’a été sur “instructions” du président équato-guinéen, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, et du chef d’Etat camerounais Paul Biya, d’après le communiqué conjoint.

Y ont pris part: le ministre camerounais de la Défense, Joseph Beti Assomo, son homologue de la Guinée équatoriale, Leandro Bakale Nkogo, les chefs d’états-majors des Armées des deux pays, respectivement le général de corps d’armée René Claude Meka et le général de division Lamberto Nguema Micha, ainsi que des “experts”.


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé