Politique › Institutionnel

Le Cameroun renoue son partenariat avec la fondation installée par Louis-Paul Aujoulat

© fondationadlucem-cm.org

Le ministère des Relations extérieures et la Fondation médicale Ad Lucem ont signé, le 12 août à Yaoundé, l’arrangement d’établissement liant le gouvernement à l’institution installée au Cameroun par l’ancien médecin et homme politique français

 

La présidente du conseil d’administration de la Fondation médicale Ad LucemMadeleine Tefak – et le gouvernement camerounais, par le biais du ministre des Relations extérieures (Lejeune Mbella Mbella), ont renouvelé, le 12 août à Yaoundé, l’arrangement d’établissement liant l’institution aux pouvoirs publics camerounais.

La Fondation Ad Lucem (FALC), installée en 1936 au Cameroun sous l’égide du Français Louis-Paul Aujoulat et reconnue d’utilité publique depuis le 30 août 1968, revendique aujourd’hui 15 hôpitaux et 23 centres de santé répartis dans les régions du Centre, de l’Ouest et du Littoral.

A côté de son oeuvre missionnaire, le Dr Louis Paul Aujoulat, qui exerça des fonctions politiques en France (secrétaire d’Etat dans différents gouvernements entre 1949 et 1953, ministre de la Santé publique et du Travail entre 1954 et 1955, conseiller au Minsante du gouvernement de Charles de Gaulle en 1958), est considéré comme le “père” d’une génération de politiciens camerounais, à l’instar de l’ex-chef d’Etat Ahmadou Ahidjo.

Médecin de formation, Louis Paul Aujoulat fut aussi député au Cameroun entre 1945 et 1956, sous les couleurs du Mouvement républicain populaire (MRP) – groupe parlementaire dominant à l’époque en France. En 1951, il fonda même son propre parti, le Bloc démocratique camerounais (BDC), qui fit long feu.


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé