Opinions › Tribune

Collez-nous la paix avec cette chanson à la con!

Par Abdelaziz Mounde

Pourquoi ne diffusez-vous pas les arrêtés d’interdiction de réunions et manifestations au Cameroun? La censure de Franko par un préfet est-elle plus grave que les arrestations de Bikoko et de ceux qui veulent tout simplement s’exprimer au Cameroun par toutes ces autorités administratives? Sortons de ces cerveaux collés!

Je vois des journalistes, hommes de médias et animateurs réputés diffuser un arrêté du préfet de la Mifi dans l’Ouest-Cameroun interdisant la diffusion de la chanson « Coller la petite », que tout le monde adore, dans son ressort territorial.

En bonus, les mêmes avocats, commis d’office du jeune Franko, ont débusqué la photo du quidam de la préfectorale qui excite les commentaires les plus avilissants, abjects et potaches sur son physique.

Jamais on n’a vu sur les pages de ces défenseurs du tube mondial, des copies de décision d’interdiction de réunion de partis politiques, monnaie courante au Cameroun.

Jamais, on n’a vu ces arrêtés très courants d’interdiction de manifestations aux organisations de la société civile et aux syndicats, sport national des préfets et sous-préfets sur les pages.

Écoutez, c’est très sympa les tubes sur YouTube, mais c’est bien moins sympa de se retrouver en cellule avec sa famille, tel Jean-Marc Bikoko ou en prison, à cause d’un acte préfectoral d’interdiction systématique de réunions, colloques et rencontres sur la citoyenneté, l’alternance et autres sujets d’importance.

Ne choisissons pas les arrêtés, diffusons et révélons toutes les censures au Cameroun !

Le Camerounais Franko, auteur du tube « Coller la petite ».
Droits réservés)/n


A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

L’Info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé