International › APA

Commémoration à Abidjan du 25è anniversaire du décès d’Houphouët par des femmes du PDCI pro-RHDP

Des milliers de femmes du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI, ex parti unique), favorables au Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP, coalition au pouvoir) ont commémoré vendredi à Abidjan, le 25è anniversaire du décès de Félix Houphouët-Boigny, le premier président ivoirien, a constaté APA sur place. Cette cérémonie dite « journée du souvenir d’Houphoüet-Boigny» qui a mobilisé près de 6000 femmes (selon les organisateurs) favorables à ce groupement politique,  a également enregistré la présence de six ministres de la coalition au pouvoir dont Kandia Camara, Kobenan Kouassi Adjoumani, Aka  Aouélé, Paulin Danho. Plusieurs  élus et cadres  issus du parti d’Henri Konan Bédié, ont aussi pris part à cette rencontre.

 « La mise en place du RHDP est une opportunité unique de rassembler tous les héritiers du président Houphouët-Boigny. En nous mettant sur les traces d’Houphouët Boigny, nous sommes sûrs de ne pas engager la Côte d’Ivoire dans des aventures politiques incertaines», a estimé Kobenan Kouassi Adjoumani, le président exécutif du mouvement « Sur les traces Houphouët-Boigny », une organisation issue du PDCI qui promeut le parti unifié RHDP.

Selon lui, « l’objectif du RHDP, c’est de pérenniser Houphouët-Boigny et non de le tuer». Poursuivant, M. Adjoumani qui dit être convaincu d’être « sur le vrai chemin » en choisissant le RHDP, a invité les femmes du PDCI à « ne pas se laisser distraire par les discours de ceux qui rejettent leurs frères pour aller s’allier avec les ennemis jurés de leur père».

De son avis, le PDCI-RDA, tel qu’il existe aujourd’hui n’est pas celui laissé par Houphouët-Boigny en héritage. « Ce que les militants du PDCI réfractaires au changement, doivent savoir, c’est que ce n’est pas la première fois que leur parti subit des mutations », a affirmé M. Adjoumani qui a salué l’initiative des femmes de son parti d’origine (PDCI) à organiser une cérémonie en mémoire du «père-fondateur» de la Côte d’Ivoire.

« Vous avez enjaillé ( jargon ivoirien pour dire donner la joie) toute la Côte d’Ivoire parce votre combat est noble et louable. Vous avez raison de vous souvenir d’un homme qui est parti, mais qui est partout dans nos vies et dans nos cœurs et qui sera encore avec nous dans 50 ou 100 ans », a-t-il dit estimant que la Côte d’Ivoire aurait pu être rebaptisée « Houphouëtkro».

Pour sa part, Kandia Kamara, la secrétaire générale du parti présidentiel ivoirien, a salué l’engagement des femmes du PDCI en faveur du parti unifié RHDP. « Merci pour votre choix porté sur l’intérêt de la Côte d’Ivoire et non sur des intérêts égoïstes », a affirmé Mme Camara qui représentait à cette rencontre, le chef du gouvernement ivoirien, Amadou Gon Coulibaly.

Avant elle, Ehui Agnero Odette, la présidente des femmes du PDCI pro-RHDP, initiatrice du rassemblement, a appelé les femmes de Côte d’Ivoire à former une « chaîne d’amour et de solidarité» expliquant dans la foulée que ce rassemblement vise à démontrer que « nous marchons sur les traces Houphouët-Boigny ». Elle s’est par ailleurs, satisfaite de la gouvernance de M. Ouattara qu’elle considère comme le « fils» du président Houphouët-Boigny.

« Les femmes de Côte d’Ivoire vous exhortent à maintenir le cap parce que vous êtes dans la vérité. Nous vous appelons à consolider la maison du père », a-t-elle indiqué à l’endroit du président ivoirien.

Dans le même élan, une « motion spéciale» de soutien à M. Ouattara a été lue à cette rencontre par Oulaï Madeleine, la députée de Bloléquin (Ouest ivoirien).

« Nous femmes du PDCI marchant sur les traces d’Houphouët-Boigny, nous soutenons sans réserve le président Alassane Ouattara et nous lui assurons de notre ferme engagement à l’accompagner pour immortaliser Houphouët-Boigny », a fait savoir Mme Oulaï.

 Félix Houphouët-Boigny, le premier président ivoirien, surnommé le « père-fondateur de la Côte d’Ivoire moderne» est décédé le 07 décembre 1993 à Yamoussoukro, la capitale politique ivoirienne après 33 années passées à la tête du pays.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut