International › APA

Comment l’Afrique a pris la défense de George Floyd !

L’Afrique n’a pas été en reste dans la campagne internationale contre le racisme déclenchée par la mort de l’Afro-Américain, George Floyd, entre les mains de la police.Canalisée sous le mouvement « Black Lives Matter » (les vies noires comptent), l’indignation suscitée par la vue d’un policier blanc appuyant violemment son genou sur le cou d’un Floyd impuissant pendant plus de huit minutes avait secoué le monde entier.

Pour une fois, elle a éclipsé brièvement la campagne en cours contre la crise de coronavirus, alors que les Africains avec leur sang bouillant, ont mis de côté leur peur d’un virus insidieux pour déverser leur bile contre ce que beaucoup considèrent maintenant comme une « pandémie mondiale de racisme ».

D’Accra à Kigali, en passant par Juba, Johannesburg, Maputo, Nairobi et Kampala, les Africains ont estimé que c’était leur combat.

« Les Afro-Américains sont après tout des Africains de sang pur de notre continent », explique à APA, Samba Ceesay, un Gambien dont le pays  devait connaitre des manifestations pour le meurtre d’un de ses citoyens peu de temps après celui de Floyd, mais elles on été annulées par crainte de propagation du coronavirus.

Au Kenya, des graffitis avec des portraits de George Floyd ornent des quartiers entiers de la capitale Nairobi, alors que les manifestants en colère, dirigeaient la rhétorique contre les Etats-Unis, un pays qu’ils accusaient d’institutionnaliser le racisme depuis de nombreuses années.

Les manifestants là-bas ont également déversé leur colère sur la police locale pour leur prétendue sévérité dans la dispersion des rassemblements qui défiaient le couvre-feu contre la Covid-19 à Nairobi il y a quelques semaines.

En Afrique du Sud, un pays qui a une longue histoire de militantisme contre le racisme sous l’apartheid, les protestations ont été plus vives.

Enfilant des T-shirts noirs sinistres sur lesquels on pouvait lire : « Je ne peux pas respirer », en référence aux mots lancés par Floyd à son bourreau de la police, les manifestants sud-africains se sont prosternés avec un genou à terre devant l’ambassade américaine à Pretoria pour dénoncer le racisme partout, en particulier celui commis contre les Noirs.

Il s’agissait principalement de militants et de sympathisants de l’opposition tous dressés contre la brutalité policière, non seulement aux Etats-Unis, mais ailleurs dans le monde.

« Il est temps pour la solidarité noire dans le monde entier », pouvait-on lire sur une pancarte.

S’exprimant à cette occasion, le chef de l’opposition, Julius Malema, a déclaré que « Black Lives Matter » ne signifiait pas que d’autres vies n’ont pas d’importance.

Des Ethiopiens vivant aux Etats-Unis ont également élevé leur voix contre les injustices commises contre les communautés noires dans ce pays.

Ils faisaient partie des protestations de rue qui ont inondé les Etats-Unis et, pour beaucoup, le point culminant de leur colère se manifestera lorsque la démocratie la plus puissante du monde se rendra aux urnes en novembre prochain pour dire si Donald Trump sera un président à mandat unique ou à deux mandats.

A Accra, des Ghanéens et des membres de la communauté afro-américaine du pays ont organisé une manifestation commune, réclamant que justice soit rendue « aux George Floyd » de ce monde qui a été le théâtre de crimes violents à cause de la couleur de sa peau.

En Attendant, Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’Union africaine, considère la mort de Floyd comme un meurtre des plus répugnants et a dénoncé les « pratiques discriminatoires persistantes contre les citoyens noirs des États-Unis ».

Il s’est fait l’écho des sentiments forts de nombreux autres Africains qui n’ont peut-être pas pris une part active aux manifestations sur le continent, mais qui ont exprimé en privé leur dégoût face aux incidents racistes aux Etats-Unis concernant les Noirs.

Le meurtre de Floyd a même suscité de fermes condamnations de la part des missions diplomatiques américaines en Ouganda et au Zimbabwe, et des membres de la diaspora africaine aux Etats-Unis et en Europe.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé