Société › Kiosque

Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale: le Tchad contre le Tchad

Un air de règlement de comptes souffle à la tête de la CEEAC où le président en exercice, Idriss Deby Itno, vient de couper de façon inattendue la tête de son compatriote Nassour Guelengdouksia Ouaido

Jeu de chaises musicales à la tête la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (Ceeac). Avec le Tchad en maître du jeu. Allam – Mi Ahmad a pris service dans ses nouvelles fonctions de Secrétaire général de la Ceeac le 05 août 2013. Moussa Faki Mahamat, ministre tchadien des affaires étrangères, par ailleurs président du conseil exécutif de la Ceeac, présidait à Libreville la cérémonie d’installation du nouveau patron de la Ceeac. Fait marquant de cette cérémonie: l’absence remarquée du Secrétaire général sortant. Le général Nassour Guelengdouksia Ouaidou, après son limogeage impromptu intervenu le 29 juillet 2013, n’a pas dérogé au rituel de passation de service, comme de coutume en pareille circonstance. Forme de protestation après un séjour écourté de façon brutale à la tête de la Ceeac? Nassour Guelengdouksia Ouaidou, seize mois seulement à la tête de la Ceeac, a certainement refusé de boire jusqu’à la lie la coupe de l’humiliation offerte par le président Idriss Deby Itno. De fait, l’état des lieux de la Ceeac présenté par Moussa Faki Mahamat, ministre tchadien des affaires étrangères, n’est pas des plus reluisants. « La Ceeac baigne dans la torpeur et la routine », indique-t-il au cours de la cérémonie d’installation d’Allam – Mi Ahmad. Le président du conseil exécutif de la Ceeac relève également l’« inaptitude de la Communauté à agir par elle-même et dans la durée pour éradiquer les menaces de déstabilisation dans notre sous – région ». Et « même si par ailleurs la Ceeac a réussi à faire face à la grave crise centrafricaine », c’est surtout grâce à son président en exercice, « Idriss Deby Itno, dont l’action a non seulement pu contenir cette crise, de même que mobiliser la communauté internationale autour de cet Etat membre ».

Dessous du limogeage
Ces propos de l’émissaire d’Idriss Deby Itno laissent subodorer les raisons d’un départ inexpliqué officiellement. En coulisses en effet, le Secrétaire général sortant de la Ceeac est qualifié d’incompétent. « Il ne connaît pas les dossiers ; en plus, il s’est renfermé sur lui-même. Il n’impliquait pas ses collaborateurs dans la conduite des affaires de la Ceeac », explique-t-on sous le manteau. A en croire les autorités tchadiennes, Nassour Guelengdouksia Ouaidou était un illustre inconnu des milieux diplomatiques. Ce qui lui aurait par exemple joué de mauvais tours dans la préparation et l’organisation du dernier sommet sur la sécurité et la sûreté dans le golfe de Guinée. « L’échec sur le plan de la préparation technique des dossiers à soumettre à l’arbitrage des chefs d’Etat aurait été la goutte d’eau débordant un vase suffisamment rempli de récriminations contre le patron sortant de l’institution communautaire», indique une source avisée. Allam – Mi Ahmad, 65 ans, ancien ministre des affaires étrangères et de l’intégration africaine, précédemment représentant permanent de la République du Tchad auprès des Nations unies, est donc appelé à corriger tous ces manquements. Sa feuille de route est tracée : mettre l’intégration et les moyens d’actions de la communauté au centre des priorités ; revigorer la Ceeac, en la faisant quitter le statut de la communauté économique régionale la moins performante et la moins intégrée du continent ; mettre en valeur les grands atouts de la Ceeac pour réussir cette intégration et relever tous les défis sécuritaires ou de développement auxquels font face ses Etats membres.

Pour ce faire, le nouveau patron de la Ceeac va capitaliser sur sa bonne connaissance des milieux diplomatiques. Sa compétence ne souffre d’aucune contestation, lui qui a occupé tour à tour les fonctions de ministre des affaires étrangères, conseiller diplomatique du chef de l’Etat tchadien, après avoir été ambassadeur du Tchad en France, puis Directeur Général du ministère des affaires étrangères.


Intégration)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut