Opinions › Tribune

Communiqué du Sdf au sujet des tripatouillages à l’Iric: nivellement par le bas et triomphe de la médiocrité

Par Jean Takougang, Ministre Shadow Cabinet de l’Education et de la Formation

Le Sdf a appris avec stupéfaction le scandale de tripatouillage des résultats du concours d’entrée au Master, section diplomatie à l’Iric de Yaoundé. Cet évènement, on peut s’en convaincre, n’est que la partie visible de l’iceberg des pratiques mafieuses et odieuses qui ont cours dans tous les simulacres de concours et de pseudo-recrutements qui sont organisés dans ce pays depuis quelques décennies et dont le but réel n’est pas de choisir les meilleurs pour bâtir notre pays, mais de mettre à l’étrier les pieds de la progéniture de l’oligarchie au pouvoir en vue de plomber l’alternance et de former des dynasties administratives familiales et hégémoniques qui vont encore confisquer le Cameroun et ses richesses pendant des décennies encore.

Figurez-vous que si deux listes, on ne sait comment, n’avaient pas été publiées l’une à la suite de l’autre et dans des délais assez courts, le pot aux roses n’aurait pas été découvert et ils auraient accompli le crime parfait comme ils l’ont presque toujours réussi jusqu’à présent. Car si déjà pour un concours qui laisse des traces indélébiles la manipulation peut être aussi grossière, il y a tout lieu de nous demander si les recrutements des 25 000 et autres chiffres faramineux et irréalistes qu’on annonce de temps en temps à grands renforts de publicité profitent réellement à toute la jeunesse camerounaise et non pas encore et toujours à toutes ces dynasties familiales toujours plus que cupides. Le Sdf rappelle que le Cameroun appartient à tous les Camerounais dans les mêmes proportions et interdit à un petit groupe d’usurpateurs dévergondés de morceler le titre foncier de notre patrimoine national au bénéfice exclusif de leurs familles, de leurs affidés et de leurs commensaux.

C’est une situation qui est inacceptable, intolérable et qui ne peut plus longtemps durer car de telles pratiques criminelles consacrent le triomphe de la médiocrité et du nivellement par le bas des ressources humaines qui doivent conduire notre pays vers le développement et la prospérité. On comprend pourquoi depuis les décennies nous pataugeons dans la vase de la corruption et des passe-droits multiformes et ne pouvons ainsi espérer atteindre les sommets.

Le Sdf, dont la vision est essentiellement construite sur l’égalité des chances, se sent blessé au tréfonds de ses convictions, condamne avec la dernière énergie ces pratiques impudiques et immorales et exige:
.Que les candidats lésés soient sans délais rétablis dans leurs droits ;
.qu’une commission d’enquête parlementaire soit mise en place lors de la session de mars pour établir les responsabilités et que les coupables soient sévèrement punis ;
.qu’une réflexion commune soit menée pour trouver des méthodes applicables lors de tous les concours en vue d’empêcher que de tels dérapages se reproduisent.

Au cas où rien n’est fait dans des délais raisonnables, le Sdf n’hésitera pas à se constituer partie civile pour défendre les candidats lésés devant les juridictions compétentes.

Fait à Yaoundé, le 04 avril 2015


Droits réservés)/n


A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

L’Info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé