Opinions › Tribune

Communiqué final de la réunion des experts sur la Force mixte multinationale

Les experts de quatre Etats-membres de la CBLT et le Bénin se sont rencontrés au palais des Congrès de Yaoundé les 5, 6 et 7 février 2015

Communiqué final de la réunion des experts sur l’élaboration des documents opérationnels de la Force mixte multinationale

1. Les experts de quatre Etats-membres Cameroun, Niger, Nigeria et Tchad de la Commission du bassin du Lac Tchad CBLT et du Bénin se sont rencontrés au palais des Congrès de Yaoundé, Cameroun, les 5, 6 et 7 février 2015, pour élaborer les documents opérationnels de la Force multinationale mixte FMM pour la lutte contre le groupe terroriste Boko Haram. Ils ont été appuyés par des experts de la Commission de l’Union africaine UA. Ont également pris part à la réunion des experts et conseillers d’autres organisations régionales africaines et de partenaires bilatéraux et multilatéraux, notamment la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest CEDEAO, la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale CEEAC, les Nations unies ONU, l’Union européenne UE et l’Organisation de la coopération islamique OCI.

2. La réunion a été ouverte par M. Edgard Alain Mebe Ngo’o, ministre délégué à la présidence de la République du Cameroun chargé de la Défense qui a fait une allocution d’ouverture. La session d’ouverture a été marquée également par les allocutions des représentants de la CBLT et de la Commission de l’UA. Les intervenants ont rappelé les objectifs de la réunion et la nature de la menace à laquelle il faut faire face, ont félicité les chefs d’Etat des pays de la CBLT et du Bénin pour la promptitude de leur réaction à la menace de Boko Haram, et ont vivement salué la présidente de la Commission de l’UA, Dr. Nkosazana Dlamini-Zuma et le Conseil de paix et de sécurité CPS de l’UA pour avoir placé la question de lutte contre Boko Haram au c ur du 24e sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’UA, tenu à Addis Abéba les 30 et 31 janvier 2015. Ils ont rappelé leur indignation face aux atrocités ignobles commises par Boko Haram et exprimé leur profonde appréciation à toutes les forces déjà engagées dans les opérations contre le groupe terroriste.

3. Se référant au communiqué de la 484e réunion du CPS tenue à Addis Abéba, au niveau des chefs d’Etat et de gouvernement, le 29 janvier 2015, qui a autorisé le déploiement de la FMM ; aux conclusions de la 5e réunion des ministres des Affaires étrangères et de la Défense des Etats de la CBLT tenue à Niamey, Niger, le 20 janvier 2015 ; au communiqué final du sommet extraordinaire de la CBLT du 7 octobre 2014, ainsi qu’à d’autres décisions pertinentes de l’UA et de la CBLT, les experts ont procédé à une analyse profonde de la nature et de l’historique du groupe Boko Haram, de l’environnement régional de ses activités dans le bassin du Lac Tchad, de ses capacités logistiques et opérationnelles, et de l’impact de ses atrocités sur les populations civiles, les infrastructures sociales et économiques des régions dans lesquelles il sévit.

4. Les experts ont élaboré le projet de concept d’opération CONOPS, définissant les détails de la coordination stratégique, des soutiens administratif et logistique à la Force ainsi que des règles d’engagement qui prévalent lors de la conduite des opérations militaires. A cet égard, ils ont rappelé le mandat de la Force comme suit:
Créer un environnement sûr et sécurisé dans les régions affectées par les activités de Boko Haram et d’autres groupes terroristes, afin de réduire considérablement la violence contre les civils et d’autres exactions, y compris la violence sexuelle et sexiste, conformément au droit international, notamment le droit international humanitaire et la politique de diligence voulue des Nations unies en matière de droits de l’homme ;
Faciliter la mise en uvre, par les Etats-membres de la CBLT et le Bénin, de programmes d’ensemble de stabilisation dans les régions affectées, y compris la pleine restauration de l’autorité de l’Etat et le retour des personnes déplacées internes et des réfugiés ; et
Faciliter, dans la limite de ses capacités, les opérations humanitaires et l’acheminement de l’aide aux populations affectées.

5. Les experts ont convenu de l’établissement du Quartier général de la Force à N’djamena, Tchad, conformément aux conclusions de la 5e réunion des ministres des Affaires étrangères et de la Défense des Etats de la CBLT du 20 janvier 2015, et proposé l’établissement d’un commandement central militaire et d’un mécanisme conjoint de coordination sous l’autorité desquels opèreront les troupes contribuées par les Etats-membres de la CBLT et le Bénin. Ils ont défini les zones d’opération de la Force sur la base des principales zones d’activités actuelles de Boko Haram, tout en laissant la latitude du commandant de la Force de demander un élargissement de ces zones, le cas échéant, auprès des autorités compétentes de la CBLT.

6. Ils ont souligné l’importance de priver le groupe terroriste de tout soutien qu’il pourrait tirer de l’instrumentalisation de la religion musulmane dont ils ont affirmé le désaveu pour et la distance des activités criminelles de Boko Haram et ont convenu de mener, dans le cadre de leurs communications, des campagnes de sensibilisation et de contre-propagande à cet égard.

7. Les représentants du Bénin, du Cameroun, du Niger, du Nigeria et du Tchad ont fait des annonces de contributions qui ont totalisé 8 700 personnels militaires, de police et civils. Rappelant la nature intégrée et multidimensionnelle de la Force, ils ont convenu que ces contributions représentent les différents corps des armées et spécialistes civiles nécessaires pour mettre en uvre efficacement le mandat de la Force. Ils ont chargé un groupe restreint qui définira, dans les jours qui suivent, ces détails et qui élaborera un budget initial de la force avant de transmettre le concept d’opérations de la force au CPS pour approbation de transmission au Conseil de sécurité des Nations unies.

8. Les participants ont exprimé leurs profondes gratitudes aux autorités et au peuple du Cameroun pour l’accueil chaleureux et les dispositions opportunes prises pour la réussite de la réunion. Ils ont remercié la Commission de l’UA pour la facilitation effective, à travers ses experts, des différentes séances de la réunion et remercié tous les partenaires de leur appui multiformes aux efforts des pays, de la région et du continent.


DR)/n



A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé