Culture › Musique

Concert: Patrick Noah offre une carte de voyage au public camerounais

Patrick Noah communie avec son public (c) Droits réservés

Les mélomanes ont pu redécouvrir le style hybride «AfromusicS» de l’artiste camerounais samedi dernier à Yaoundé

On est d’emblée plongé dans le décor dès les premières notes. Des salves d’applaudissements complètent les sonorités de percussions, guitare, batterie, émises de «A na ga tara», choisi pour l’entame du concert. Patrick Noah annonce alors les couleurs «ma musique allie jazz et la musique cubaine et surtout africaine. Avec ma musique j’essaye de réunir cet héritage entre ceux qui sont restés et ceux qui sont partis», présente l’artiste musicien.

Il s’agit en somme de la promesse d’un voyage dans diverses contrées. Le périple des mélomanes ayant fait le déplacement pour l’Institut français de Yaoundé (Ifc) le 07 décembre va débuter avec «Lola». Titre qui va les plonger dans la salsa avant de déboucher sur un bikutsi entraînant. C’est sur des élans de danse et une ambiance surchauffée que les spectateurs vont débarquer sur «Saperia». Une île que chacun a expérimentée à sa manière: une grand-mère qui est un havre de paix, conseillère, guide, réconfort et quand il le faut, protecteur.

A lire aussi: Concert: l’artiste Patrick Noah à la redécouverte de son public de Yaoundé

Expériences qu’on a envie de partager à son tour, de transmettre. Une invite du titre «A ban moan», chanson en hommage à la fille du chanteur Patrick Noah. Une cure au plus profond des valeurs qui a conduit les mélomanes aux classiques de la musique cubaine «Amor de loca juventud», une reprise de «Chan chan» de Compay Segundo ou encore «Dulce embeleso». Un détour qui ramène à «Yaah yaah» pour conter la sérénade à l’être aimé.

L’effusion de sentiments s’enchaîne avec «Isa men», issu de l’album «Tecla», en hommage à la mère de l’artiste. Album qui sera dans les bacs en 2020. Celui qui avoue avoir payé ses études en pharmacie grâce à la musique a voulu se ressourcer auprès des siens avant la sortie de ce troisième opus. «C’est prometteur», confesse l’artiste après l’accueil chaleureux réservé par le public de Yaoundé aux premiers jets de ce dernier bébé.

Une communion qui s’est poursuivie après le concert, dans la salle de balle de l’Ifc. Les fans ont encore eu la possibilité de se trémousser sur les titres du chanteur dans un espace plus convivial où ils avaient alors l’occasion de choisir les titres devant être joués par Patrick Noah et les musiciens Raphaël Effila (percussions), Nono Bass (basse), Eric Essama (batterie) ou encore Henri Ngassa (trompette 1)…

 


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé