Politique › Institutionnel

Conférence mouvementée du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun

Alors que les membres de ce parti recevaient le public et la presse, les autorités ont suspendu l’électricité et l’accès à la salle

Finalement l’incident survenu lundi 13 août à l’occasion de la conférence d’annonce officielle du MRC (Mouvement pour la Renaissance du Cameroun) à l’hôtel Hilton de Yaoundé, n’aura pas empêché l’événement de se tenir. « Je confirme que les forces de l’ordre sont arrivées sur les lieux avec le sous-préfet de Yaoundé III, et ont essayé d’interdire la tenue de la conférence. Seulement, celle-ci avait été accordée légalement et il ne pouvait revenir ainsi sur sa position. Donc ce qu’ils ont fait, ils ont obtenu du Hilton Hôtel qu’on leur coupe l’électricité et que l’entrée soit interdite », a expliqué Aristide Aboudi Ottou, un journaliste qui a couvert l’incident. L’irruption du sous-préfet a suscité la colère des organisateurs de la conférence, qui n’ont pas manqué d’exprimer leur colère. «Vous n’allez rien interdire même si vous venez avec le BIR (forces spéciales d’intervention).Si nous étions réunis ici pour chanter les louanges de Paul et Chantal Biya vous nous aurez apporté des rafraîchissants.C’est honteux.C’est ça la république exemplaire ?», a demandé Alain Fogue, le président du Mouvement Pour la République (MPR), selon notre source. C’est finalement dans l’obscurité et avec un nombre de participants moins important, que cette conférence publique va se tenir. A l’extérieur de l’hôtel, il y’avait une foule de journaliste et d’autres participants, venus assister à l’événement. Selon des sources concordantes, c’est la présence de Maurice Kamto ancien ministre démissionnaire du gouvernement qui aurait été à l’origine de la pression de l’administration.

Divers recoupements ont cependant permis de comprendre les origines du problème. Initialement c’est le MPR du Docteur Alain Fogue qui initie la démarche de muter le parti en un autre mouvement, le MRC. Une démarche qui trouve une issue favorable. C’est muni de l’autorisation du ministre en charge de l’administration du territoire, qu’il va obtenir l’accord de manifestation publique. « Mais le sous-préfet n’est pas au courant que Maurice Kamto prendra part à l’événement. Une fois qu’il a été informé via les médias sûrement, il s’est évertué à empêcher la tenue de celui-ci», explique le journaliste Aboudi. Depuis son départ du gouvernement, c’est la deuxième fois qu’une manifestation publique impliquant monsieur Kamto est perturbée par l’administration. Il avait déjà été privé de conférence de presse en février 2012, lorsqu’il voulait rendre publiques les raisons de sa démission du gouvernement en 2011.

C’est sous l’éclairage des torches qu’a eu lieu la conférence du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun
camerounactu)/n

Le «Mouvement pour la Renaissance du Cameroun » est né le 3 juillet 2012, après 11 mois de tractations. Il regroupe aujourd’hui un ensemble de petits partis, qui ont décidé de mettre ensemble leurs forces. «Affirmant notre volonté de placer la gestion de la chose publique au Cameroun sous le signe de la probité et de la bonne gouvernance; Nous, partis politiques, organisations et personnalités de la société civile, hommes, femmes et jeunes issus de divers horizons socioculturels, linguistiques et professionnels, avons d’un commun accord, et dans élan patriotique, décidé de fusionner nos structures et nos capacités, pour créer un grand parti», peut-on lire dans la profession de foi de ses membres. On y retrouve outre le MPR d’Alain Fogue, le PAP (People’s Action party) de Paul Ayah Abine (député démissionnaire du RDPC), le MOREP( Mouvement républicain) de Fabien Assigana, l’association Afrique avenir de Franck Hubert Ateba, Martin Ambang, représentant régional du Sdf pour le centre, Saint Eloi Bidoung, qui avait voulu prendre la tête du RDPC à la place de Paul Biya et bien sûr Maurice Kamto. Pour beaucoup, la conférence interdite allait permettre d’annoncer au grand jour la nouvelle politique de Maurice Kamto.

Autorisation administrative
camerounactu)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé