Sport › Football

Confusion: La Fédération camerounaise de football en état de siège

L’Assemblée générale élective, initialement prévu ce jour mercredi 19 juin ne peut avoir lieu. Le siège de la Fédération est militarisé et le personnel est interdit d’entrée

Les employés de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot) n’ont pas pu travailler ce jour, mercredi 19 juin. Depuis hier, les forces de maintien de l’ordre ont pris d’assaut le siège de la Fédération. Une escouade de policier qui s’est considérablement renforcée ce matin, dissuade les badauds de se rapprocher. Casque à la tête, matraque à la main, ils empêchent également au personnel de vaquer à leur occupation. A l’intérieur, le président du comité national olympique et sportif du Cameroun Hamad Kalkaba Malboum est en concertation avec le suisse Privo Cornaro le représentant de la Fédération internationale de football association (Fifa), venu superviser les élections. Après 15 minutes environ de concertation, Hamad Kalkaba Malboum et Privo Corvaro ont pris la direction du Premier ministère. Initialement prévu ce jour, l’Assemblée générale élective de la Fécafoot, ne peut donc avoir lieu. Comment en est-on arrivée là ? C’est que depuis la mise en détention préventive le 10 juin au Secrétariat d’Etat à la défense (Sed) du directeur général de la Sodecoton Mohammed Iya, par ailleurs président sortant de la Fecafoot, deux factions se disputent le contrôle de la Fédération. D’un côté, il y a le camp de John Begheni Ndeh, vice-président sortant de la Fecafoot et candidat pour évincer Iya Mohammed de son fauteuil. L’ancien ministre des Transports a d’ailleurs réuni les membres du Comité d’urgence de la Fecafoot lundi dernier à l’hôtel Mont Febé. Lors de cette assisse, le clan des dissidents a décidé de faire de John Begheni Ndeh, le président intérimaire de la Fecafoot. Autre résolution, le blocage des comptes de la Fecafoot.

Comme pour répondre aux membres du Comité d’urgence de la Fédération, l’autre faction, conduite par Francis Mveng, deuxième vice-président de l’équipe sortante, dite des «légalistes» s’est réunie hier au siège de la Fecafoot. Dans la salle 18 membres sur 29 du comité exécutif participent à cette assisse. Quatre membres se sont fait représenter. A la fin des conclaves, le Comité exécutif, pond trois délibérations. Ils mettent en exergue la lecture des textes : « l’expiration du mandat des membres du comité d’urgence. En application des dispositions combinées de l’article 29 du code électoral, de l’article 48 alinéa 2 des statuts de la Fecafoot adoptées le 10 mars 20007, de l’article 48 alinéa 1 et de l’article 100 alinéa 2 des statuts de la Fecafoot adoptés le 16 mai 2012, le comité exécutif constate l’expiration du mandat des membres du Comité d’urgence à compter du 25 mai 2013. En conséquence, tout acte pris par le Comité d’urgence après cette date est de nul effet ».

La bataille que se livre les deux factions de la Fecafoot, avec pour arbitrage maladroite l’Etat du Cameroun, est loin d’être terminée. La modification de la date de l’Assemblé générale avait été demandée et obtenue par le Premier ministre Philemon Yang, le 5 juin dernier. Puis, la date du 11 juin a été annoncée à la presse par le département de la communication de la Fecafoot. Après concertation dans les services du Premier ministe entre le président de la Fecafoot Iya Mohammed et le ministre en charge des Sports, Adoum Garoua, la date du 19 juin avait été retenue. Raison pour laquelle, le décor s’est planté au siège de la Fecafoot. Dans la salle des conférences, un isoloir est positionné depuis quelques jours. Certains des 105 délégués devant choisir entre les candidats Iya Mohammed, président sortant, Marlène Emvoutou et John Begheni Ndeh ont été aperçus au siège de la Fecafoot, ce matin. Pour superviser cette élection, le Minsep a délégué Manga Zambo, le chef de la division juridique et le Comité national olympique camerounais devait être représenté par Evelé Malik. Jean Claude Alima est le président de la Commission électorale de cette élection dont le processus a une fois de plus été interrompu par le gouvernement camerounais.

La Fédération camerounaise de football en état de siège

Journalducameroun.com)/n

À LA UNE
Retour en haut